Radical minute soup ! par Daniel-Youssof Leclercq

François Molins - Procureur de la République de Paris

François Molins – Procureur de la République de Paris

Je suis sidéré de la rapidité avec laquelle certains sont capables de transformer un camionneur déséquilibré en poids-lourd de l’islamisme radical avant même que la moindre enquête ait été instruite pour établir ses véritables motivations. « Le caractère terroriste ne peut être nié » a proclamé d’emblée le Président Hollande en l’absence de toute revendication et du moindre élément abondant en ce sens. « Daech fournit à des déséquilibrés un kit idéologique qui donne du sens à leurs actes. » a immédiatement et péremptoirement surenchéri son Premier Ministre Valls, s’improvisant psychologue du terrorisme. « Il semble qu’il se soit radicalisé très rapidement » a corroboré derechef leur Ministre de l’Intérieur Cazeneuve qui ne voudrait en aucun cas les contredire. À l’image des politiques menées dans le pays durant ces quatre dernières années comme au cours du quinquennat de droite précédent, les approximations du Gouvernement sur le sujet sont hasardeuses, désastreuses et dangereuses. En jouant la carte de la « terrorisation » des faits divers pour faire passer la thématique de la sécurité avant le chômage et la croissance économique, non seulement il ne fait que confirmer son incapacité à déjouer ce qu’il qualifie abusivement d’attentats mais, au-delà des huées d’un peuple qui n’est plus dupe de ses manigances, il conduit tout droit aux affrontements intercommunautaires et à la guerre civile.

C’est en vain que les médias ont, pour une fois, souligné que tous les proches du criminel de Nice, par la famille ou le voisinage, l’ont déclaré sans lien avec la religion. « Il ne faisait pas la prière, il ne jeûnait pas, il mangeait du porc, il buvait de l’alcool, il se droguait ». Même le Procureur de la République de Paris, après avoir révélé avoir affaire à un « individu très éloigné des considérations religieuses, qui mangeait du porc, buvait de l’alcool et avait une vie sexuelle débridée », a fini par faire où on lui a dit de faire en concédant que « l’exploitation de son ordinateur illustre un intérêt certain et récent pour la mouvance islamiste radicale ». Et ta sœur, elle bat le beurre ? En restant dans le registre automobile mais sans pour autant en faire dix-neuf tonnes, citons le constructeur américain Henry Ford qui disait que « le client peut choisir la couleur de sa voiture, pourvu que ce soit noir ». Par analogie, pour légitimer les excès de l’état d’urgence, le pedigree extra-islamique d’un malfaiteur importera donc peu, du moment qu’il peut passer auprès de la population pour un « djihadiste ».

L’islamisation et la radicalisation de notre Brice de Nice (le nom a été modifié pour éviter toute stigmatisation des François, Manuel, Bernard, Nicolas et autres Christian) sont probablement aussi fictives que celles des précédents auteurs d’attentats qualifiés d’islamistes. Les approximations des experts amis-amis du Régime laissent notamment planer de nombreuses interrogations sur les mobiles de la tuerie de masse du détraqué tunisien, décrit comme nullement religieux et inconnu des services de renseignements lesquels ratissent pourtant large et au faciès par les temps qui courent. À les entendre, le tueur-fou aurait basculé instantanément dans l’islam radical, un peu comme quand on rajoute de l’eau aux soupes lyophilisées et autres boissons solubles pour élaborer de délicieux breuvages.  Et évidemment, seuls sont recevables et irréfutables les témoignages en ce sens, obtenus au cours de gardes à vue où les suspects sont priés de déposer leurs crottes dans le sens du vent.

Ces idiots de Daech, Al-Qaïda et autres franchisés dont les méthodes n’ont absolument rien d’islamiques ne sont que des ramasseurs de poubelles.  En revendiquant tardivement et indûment les agissements les plus insensés de leurs supposés « soldats », ils ne font que valider inconsidérément les théories les plus absurdes et aggraver la situation des Musulmans partout dans le monde. Jusqu’où iront-ils dans la récupération des déchets ? En viendront-ils à adouber à postériori les trisomiques 21 qui mettront le feu à leur foyer d’accueil, en les présentant comme les descendants « mongols » de Gengis khan ? Que tous les tordus de la planète puissent dorénavant s’inspirer des organisations terroristes pour commettre leurs crimes c’est plausible, mais de là à en conclure qu’ils aient été investis par elles, directement et officiellement, certainement pas.

Le profil des tueurs est à chaque fois le même, des Djamel Troibouses à la vie familiale déréglée, désœuvrés et vivant d’expédients, fichés pour des délits de droit commun ou du petit banditisme, et surtout sans pratique religieuse. Les mosquées et les organisations musulmanes, même si certaines ont fait l’objet de perquisitions abusives et de vandalisation de la part des « forces de l’ordre », n’ont jamais été ne serait-ce qu’impliquées dans la moindre affaire de radicalisation ou de terrorisme. Alors, il est manifeste que la suspicion envers les Musulmans les plus stricts, qu’ils soient Salafis ou Ikhwanis (Frères Musulmans) – alors que ceux-ci ont plutôt tendance à calmer les ardeurs des plus intrépides – ne procède que de calculs malsains. Et comme la situation empire à l’approche de chaque élection « démocratique », on se demande s’il ne vaudrait pas mieux repousser les échéances à l’infini.

Daniel-Youssof Leclercq

SOURCE : https://integritydyl.wordpress.com/2016/07/23/radical-minute-soup/

Catégorie :: A la UneFeaturedInformations & Décryptage

Tags : : , , , ,

Commentaires (2)

Trackback URL | Commentaires Flux RSS

  1. PouPouge dit :

    Bonjour,
    Je viens de lire votre article avec attention et vous m’avez (presque) convaincu ;-)
    Mon avis sur ce délicat sujet est que la communauté musulmane devrait « reprendre » la main sur le sujet car on a trop de démonstrations d’une (soit-disant) utilisation du Coran pour perpétrer des actes odieux alors que je suis convaincu qu’on y trouve autant de bonnes raisons de ne pas s’entre-tuer.
    Je veux bien admettre qu’une partie de ces déséquilibrés n’ait rien à voir avec l’Islam mais certains y font néanmoins référence, avec préméditation.
    Les musulmans condamnent volontiers et régulièrement les horreurs auxquelles nous assistons; c’est apprécié et appréciable mais je pense que c’est insuffisant car l’espace laissé « libre » est maintenant trop occupé par ceux qui veulent le polluer.
    Chacun est censé être responsable de ses « brebis égarées ». C’est la même chose dans les foyers : quand un enfant fait une ânerie, ce sont ses proches mais surtout ses parents (qui l’éduquent) qui sont en charge et responsables. C’est donc à eux de faire en sorte que cela ne se reproduise pas (voire de punir).
    Les amalgames sont évidemment préjudiciables et très mal venus; mais ils existent (certes par bêtise et ignorance). Il me semble que la seule façon de les étouffer serait que les musulmans prennent le sujet en main et agissent.
    La solution ne viendra évidemment pas de quelque politique que ce soit puisque leur seule préoccupation c’est d’être (re)élus; d’autant que la seule manifestation de décision prise à ce sujet consiste à aller intensifier les bombardements en Syrie… Comme si cela allait résoudre le problème…
    Bref, ma suggestion n’est peut-être pas la meilleure quant à sa forme mais je pense que vous comprendrez le fond qui l’anime.
    En clair, vous dites qu’on ne doit pas justifier ces actes de terreur par une quelconque appartenance des auteurs à l’Islam; il me parait néanmoins difficile d’imaginer que la majorité des gens ne pensera pas ainsi. Ce qui compte, ce n’est pas tant ce que l’on dit mais ce que l’autre comprend.
    Alors que proposez-vous concrètement…?
    Bien cordialement et respectueusement.

  2. Belfort dit :

    Pourquoi n’appelez-vous pas Daech: L’Organisation terroriste ?!
    Au lieu Etat islamique qui n’a rien d’Islamique !

    Marci

Donnez votre avis




If you want a picture to show with your comment, go get a Gravatar.