Pourquoi ce silence sur la Birmanie musulmane massacrée ?

massacre musulman BirmanieLe terme de Myanmar (Birmanie) est officiel, mais laissons le pays traversé par l’Irawady…

.. qui fut le théâtre d’une expédition militaire japonaise impressionnante contre l’Angleterre, sous sa dénomination traditionnelle relative à l’ethnie majoritaire (Birma). Rappelons que la langue est proche du chinois et du tibétain et nous pouvons, déjà, relever que ces émeutes antimusulmanes, transformées en massacres, se retrouvent, dans la partie du Tibet, contre une ethnie Hil, que les Démocrates locaux prétendus, sous couvert de lutter contre des auxiliaires de la Chine, ont pillée et violentée, en 2008, dans l’indifférence médiatique !

La paix bouddhique birmane locale semble contradictoire avec l’annonce de près d’une trentaine de mosquées détruites et un nombre de victimes élevées, dans des chasses à l’homme, après le viol d’une Bouddhiste attribué à l’ethnie musulmane des Rohingyas.

Le premier étonnement est le mutisme de l’opinion publique «mondiale» que l’on ne peut accuser d’ignorer la Birmanie, puisque depuis des années, la favorite de Londres, comme l’était son père, assassiné, lors des troubles consécutifs à l’Indépendance- devenue prix Nobel de la Paix, est célébrée, partout, comme l’ange de la démocratie.

Mr. Normal l’a reçue, à l’Elysée, et présentée comme la conscience universelle, qui faisait, par sa détermination, chuter la tyrannie d’une junte qui obligerait sa population au travail forcé, selon ce qu’on nous dit, mais n’était point connue, pour liquider son ethnie musulmane !

Nous aimerions entendre la voix de Su-Yi, qui semble se perdre, dans l’indifférence générale, mais un point demeure acquis : ces émeutes trop larges et durables, pour n’être pas planifiées, se produisent, dans un cadre de démocratisation bouddhiste, entendons, accompagné par une partie du clergé bouddhiste. Or c’est d’une certaine fraction de la cléricature bouddhiste du pays que sortent, durablement, les appels au meurtre, qui pousseraient la population musulmane à chercher asile hors du pays ! Peut-on y voir une manipulation des fidèles bouddhistes, par ces mêmes têtes politiques religieuses, qui ont soutenu Su Yi et obtenu, par un agitation soutenue par l’Occident, et, surtout, la Grande Bretagne, que la politique de neutralité du pays, favorable à la Chine et aussi très liée au Japon économiquement, se détache de cette ligne ?

La Chine a passé des accords militaires avec la Birmanie, concrétisée par une base de surveillance maritime, équipée de fusées sol-mer. Faut-il donc lier ce temps actuel d’ouverture et de fin de blocus birman par l’Occident et Londres, en tête, à la manifestation antimusulmane, trop vaste, pour n’être qu’un mouvement de colère ou de vengeance ?

Deux observations s’imposent, l’une, locale, sur une ethnie, qui s’est maintenue avec d’autres minorités ethnico-religieuses, chrétiennes, animistes etc. ; laquelle compterait, aujourd’hui, 730.000 âmes, et sur une population, par exemple, totale de 7.605.560 âmes, en 1891, formait, alors, un chiffre de 253.031, contre 6.888.075 bouddhistes ! Ce ne sont point des «immigrés» et l’on ne peut confondre le sentiment antimusulman avec quelque xénophobie !

Il s’agit d’une variété ethnique, au sein d’une population, à 90%, bouddhiste, avec un clergé très structuré, fer de lance de l’ouverture à l’Occident, appelant au détachement de la Chine, selon les instructions de la personnalité du Dallai Lama ! Ce Dalaï Lama exfiltré par la CIA du Tibet et qui reste sous son contrôle, comme ceux qui signent un pacte avec le diable !

La seconde observation, déjà, esquissée, rapproche la situation tibétaine et birmane !

Dans l’agitation antichinoise, il était, encore, en 2009, courant de mentionner, dans les milieux éclairés, surtout ceux qui voulaient séparer le monde musulman et l'Iran de la grande Chine, la colonisation par l’ethnie des Han des territoires turcophones, mais il n’a jamais été mentionné que la tolérance tibétaine s’arrêtait aux Musulmans tibétains.

En fait, toute l’Asie, comme l’observait René Grousset, dans son livre, paru, en 1939, l’Empire des Steppes, a vu coexister, en rivalité, en alliance et en durée, doit-on préciser les religions bouddhiste, chrétienne nestorienne –celle même que le Prophète de l’Islam aurait connue- et musulmane, sur fond de croyances plus anciennes demeurées sous-jacentes, comme partout où l’humanité est profondément enracinée : l’Asie du Sud  devient un champ d’affrontement réel, avec présence de la flotte US, non plus, potentiel, entre la puissance chinoise et les peuples qui lui sont proches, d’une part, et l’autre puissance qui veut promener, partout, son leadership, qui lui sert de religion.

Que les Musulmans soient sacrifiés, sur l’autel de cette géopolitique, est une chose que, maintenant, les ressentiments antichinois prennent la forme de ratonnades – comme on disait, durant la guerre d’Algérie – anti-musulmane, cela n’éclaire que la démocratie que les nouvelles robes oranges veulent faire prendre, pour l’enseignement du prince impassible de l’ethnie des Saces ou Sakas, dont l’ennemi était l’illusion : celle même que l’on nous vend sous l’étiquette de démocratie !

Pierre Dortiguier

Catégorie :: Informations & Décryptage

Tags : : , , ,

Commentaires (4)

Trackback URL | Commentaires Flux RSS

  1. nico dit :

    Bonjour, je suis l’enseignement du Bouddha et je suis terriblement attristé par les horreurs que vous nous rapportez. j’ai lu plusieurs articles et vu plusieurs vidéos sur ce sujet et je constate de nombreuses réactions de haine ( que je comprend pleinement au 1er abord) et de nombreuses tendance à généraliser.
    Je me dresse toujours contre ceux qui font la confusion entre extrémistes islamistes et musulmans, car les islamistes prêchent des choses qui vont à l’encontre de l’Islam, je pense toujours à faire la différence entre l’enseignement du Christ et les actions des chrétiens au cours de l’Histoire.
    En fait je prend grand soin de distinguer les enseignements des saint de ce qu’en font ceux qui les suivent, car un pratiquant n’est pas un saint, il y aspire et durant son chemin il est encore profondément pris dans ce qui fait sa souffrance humaine, ses désirs, ses haines, ses illusions, ses peurs, et toutes ses pulsions destructrices.
    De plus l’histoire nous apprend que la religion a un fort pouvoir sur les peuples et c’est la raison pour laquelle elle à toujours été instrumentalisée à des fins politiques, « diviser pour mieux régner », voilà un vieil adage que nous connaissons tous et que nous oublions trop souvent.
    Le problème est-il Bouddhiste, Musulman, Islamiste, Chiite, Sunnite, Soufis, Chrétien, Catholique, Protestant, Juif, Taoïste, Hindou, Chamaniste ou je ne sais quel « isme »?
    C’est un problème de bêtise humaine, de convoitise, de pouvoir, et les « ismes » servent totalement les objectifs de cette folie humaine puisque se rassembler sou la bannière d’un « isme » signifie souvent s’opposer, ou se séparer, d’un autre « isme » (diviser pour mieux régner).
    J’ai trouvé des réactions proposant un monde Musulman uni, j’aurais envie de proposer un monde humain uni, riche de sa diversité, dans l’échange quant à ses différences et dans le partage. je ne suis ni Français, ni Bouddhiste je suis Humain.
    J’ai étudié de nombreuses traditions spirituelles des 5 continents, et elles ont tellement de points communs que leurs différences ne justifient aucunement les horreurs qu’elles ont produites, seules les soifs de pouvoir, d’argent et de domination les expliquent.
    La guerre sainte ou les notions de combats que l’on retrouve dans les textes sacrés n’ont de sens que s’il s’agit de guerre contre nos propres limites, contre tout ce qui nous sépare, contre tout ce qui nous fait nous détruire entre frères humains et ce qui nous fait détruire notre environnement, sinon les notion de « Guerre » et de « Sainteté » sont antinomiques.
    Alors j’en appelle à tous les pratiquants de toutes les traditions, utilisons nos cervelles et nos cœurs,évitons de tomber dans des généralisations, évitons les stigmatisations et combattons les divisions.
    Une des réalités enseigner par toutes les religions et philosophies et que la haine engendre toujours plus de haines, seuls l’amour et la compréhension peuvent stopper la haine. Commençons par nous connaître, nous accepter dans nos différences et peut être pourrons nous envisager de parler d’amour sans passer pour des idéalistes ou des utopistes.
    Je suis l’enseignement du Bouddha mais je m’intéresse également aux enseignement soufis, taoïstes, kogis, et à d’autres encore, j’ai des amis pratiquants dans chacune de ces traditions, des amis non croyants, des amis musulmans et l’amour entre nous tous est sincère, simple et vrai car il vient du cœur, commun à tous les humains.
    En ce moment c’est ramadan (ramadan moubarak), mois de carême et de purification durant lequel ne doit pas se développer la haine, et d’ailleurs je ferai des prières pour tous ses frères musulmans massacré de part le monde, mais également pour tous les humains, quelque soit leur origine ou leur tradition, massacrés par les conflits politiques trop nombreux en ce moment et je prierai pour tous les êtres sans exception, qu’il soit du monde animal, végétal ou de quelqu’autre monde, dimension ou degré de réalité qui puisse exister (s’ils existent), qu’ils soient vivants ou mort.

    Fraternellement,

    Nico

    p.s: puissent toutes ses victimes ainsi que leurs familles, trouver la paix.

  2. flouuudu83 dit :

    je suis en ecole de journalisme et je ne comprends pas que personne ne nous parle de ces massacres choquants!! à l’ heure de l’ evolution numerique ou chacun peut savoir les moindres choses qui se passent dans le monde comme on arrete pas de nous le repeter c’ est affligeant! et le silence de la communaute internationale n’ est pas si etonnant etant donné que lorsqu il y a un genocide ou les pays occidentaux ont peu d’ interets rester muet est leur attitude favorite, comme en 1994 au Rwanda. mais il faut reagir et en parler pour ensuite manifester contre l oubli de ce massacre. bientot nos pays presenteront leurs excuses en disant comme d’ hab qu’ ils ne s’ en doutaient pas et avec un peu de chance ces musulmans auront un jour commemorant leur massacre mais ca ne les fera pas revenir et n’ enlevera pas leur souffrance. Alors reagissons maintenant!!!

  3. Mercier dit :

    D’abord, le silence de la communauté internationale fasse aux massacres des musulmans en Birmanie est déjà un crime. Les Bouddhistes sont des faux prédicateurs de la paix, c’est juste le contraire qu’il faut comprendre.
    Leur Clergé bénit ces tueries gratuites et inexplicables par un silence absolu. voici le fruit très amère du Bouddhisme qui appelle haut et fort à bruler des femmes des homme des enfants des vieillards vifs avec du chalumeaux dans des rues des maisons des champs sous le regard de la communauté internationale sans bouger le petit doigt, les moines sont à la tête de ses attaquent, ils sèment la haine, les mensonges pour tuer encore et encore,et au lieu de condamner ses agissements, le monde tourne le dos à ces appels au secours. Est ce l’absence du pétrole dans cette partie du monde est derrière ce silence, ou puisqu’il s’agit d’une communauté musulmane donne le droit de tuer sans compter ….

  4. Immortel dit :

    Il est grand temps pour les musulmans de comprendre qu’ils sont en danger et sûil faut se protéger.

Donnez votre avis




If you want a picture to show with your comment, go get a Gravatar.