La Grande Mosquée de Paris creuse la tombe du Conseil Français du Culte Musulman (CFCM)

Communiqué de la Fédération Régionale de la Grande Mosquée de Paris – Est sur le retrait de la GMP du CFCM

cfcm-moussaoui-kbibecheDepuis des années nous avons mis en garde les musulmans de France contre le danger du Conseil Français du Culte Musulman ( CFCM ) dont le système de scrutin est une insulte à l'intelligence, un poison qui est là pour paralyser la première communauté de croyants de France. Ce système, depuis trop longtemps entretenu par les détracteurs et les empêcheurs d'avancer, est indexé sur les surfaces des mosquées pour déterminer le nombre d’électeurs, cela favorise, entre autres, l'apparition de notables dans le paysage du culte musulman qui utilisent politiquement, économiquement et médiatiquement les besoins et demandes de millions de musulmans sans jamais les satisfaire, et pire encore, des notables qui contribuent à la stigmatisation et au « muselage» des musulmans de France alors que ces derniers plus que jamais victimes d'islamophobie et d'injustice attendent qu'on défende leur dignité, leur honneur et leur islamité.

Notre Fédération Régionale de la Grande Mosquée de Paris-Est (FRGMP-Est) ne cautionne et n’a jamais cautionné ce mode électoral ni le fait que ce conseil a été constitué par le haut selon les intérêts de l’Etat et non selon ceux des musulmans. Nous avons toujours refusé que la Grande Mosquée de Paris prenne part à ces élections qui ne sont que mascarade ! Nous sommes pour une réelle représentativité des musulmans de France, et non pour leur division, ni pour l’étouffement de leurs revendications ni pour leur mépris au sein d’une structure néocoloniale aux relents paternalistes. C’est pourquoi nous prônons plutôt une vision de gestion d’un islam « fédéral » prenant en compte la diversité des courants représentés par les différentes fédérations et associations cultuelles ou culturelles musulmanes de France, qui pourraient se constituer en un organe national autonome, indépendant des influences et parasitages du Ministère de l’Intérieur et des courants politiques français pour conduire des projets et actions communes transcendant les particularismes. Une représentation des musulmans de France qui se ferait par le bas et non par le haut d’une pyramide reposant entre des mains qui ne veulent aucun bien à la communauté musulmane.

Pour mettre un terme aux polémiques de certains journalistes qui accusent la Mosquée de Paris de ne pas avoir voulu réformer le CFCM durant les deux premiers mandats successifs (2003-2008) de Dalil Boubakeur, nous rappelons que le mode de scrutin n’a pu être modifié parce que d’une part personne n'ignore que la GMP était minoritaire au CFCM, que ce soit au bureau exécutif, au conseil d’administration et à l’assemblée générale, ce qui rendait impossible les changements au niveau du règlement électoral. D'autre part les autres fédérations n’ont jamais voulu changer ce mode de scrutin qui leur a permis d’avoir une majorité au CFCM sans que cela ne reflète la réalité du terrain, sans que cela ne soit l’expression ou la volonté de la majorité des musulmans fréquentant les lieux de culte.

Aujourd'hui enfin, après avoir crû depuis juin 2011 aux promesses chimériques de Mohamed Moussaoui et de l'ancien Ministre de l'Intérieur – Claude Guéant – quant à la réforme du système de scrutin, la Grande Mosquée de Paris se réveille d'un cauchemar et prend la sage décision d'en finir avec ce CFCM devenu insignifiant. Nous saluons la démission ferme et courageuse de la GMP du CFCM, démission que nous appelions de nos veux et qui respecte la promesse qu'avait fait Dalil Boubakeur aux présidents de nos huit fédérations régionales lors d'une réunion de bureau national en juin 2011 : « Nous démissionnerons si les réformes promises du CFCM ne sont pas réalisées », disait le recteur de la GMP.

De promenades en ballades, une année est passée et le jeu de dupes n'a que trop duré, Mohamed Moussaoui n'abusera plus de notre patience ni de celle de l'Union des Organisations Islamiques de France (UOIF) qu'il a tenu à l'écart, ces douze derniers mois, des « réunions-comédies » pour les réformes du CFCM.

Au passage, quand Mohamed Moussaoui, dans l'émission – sans transition – programmée par radio Orient ce mardi 17 juillet, n'ose même pas condamner les propos insultants du président du CRIF –  Richard Prasquier –  qui a fait le lien, dans un quotidien israélien, entre l’antisémitisme et la jeunesse « arabo-musulmane » de France, cela en dit long sur l'état lamentable des adeptes et des voix officielles soumises de l'islam de France. Un représentant digne de cette fonction aurait immédiatement condamné ces propos sans oublier de boycotter le prochain diner du CRIF.

Le Conseil Français du Culte Musulman est aujourd'hui une coquille encore plus vide qu'elle ne l'était à sa création, désormais cette petite association n'a plus aucune légitimité de s'exprimer au nom des musulmans, le CFCM ne mérite plus le qualificatif de structure représentative des musulmans de France, sauf si l’on veut continuer encore à mépriser les musulmans de ce pays. Ce CFCM n’a plus aucune légitimité dans le rôle d’interlocuteur auprès des autorités françaises car désormais seule la petite voix du Rassemblement des Musulmans de France (RMF) résonne dans le vide abyssal du CFCM.

Fait à Mulhouse le 18 juillet 2012,

Kamel Chibout, président de la FRGMP du Grand Est

 

Catégorie :: Informations & Décryptage

Tags : : , , ,

Donnez votre avis




If you want a picture to show with your comment, go get a Gravatar.