Le rôle des imposteurs dans l’Islamophobie

En effet s'il n'y avait que l'idiot utile ou l'interlocuteur valide, la communauté musulmane aurait compris et déjoué la mise en scène et les mauvais acteurs qu'on met en avant pour fabriquer de l'audience, de l'émotionnel et des images mentales produisant la méfiance envers le musulman, le ridicule du musulman et la défiance entre les mususlmans qui sont les trois objectifs de l'Islamophobie dans sa guerre médiatique, psychologique, idéologique et militaro sécuritaire contre l'Islam.

Il y a malheureusement les imposteurs : ceux qui prennent une posture islamique mais desservent l'Islam par leur incompétence à se mettre au niveau de la compréhension et de l'explication des phénomènes et indiquer les voies rationnelles et efficaces de salut, de sortie de crise. Les imposteurs font légion. Je vais citer quelques cas d'impostures les plus tragiques mais nous en produisons des tonnes depuis plusieurs siècles, depuis que notre décadence a rencontré l'expansion colonialiste en dépit de quelques révoltes, révolutions et indépendances, ici et là, sans conséquences stratégique :

  • Il y a ceux qui veulent nous imposer une lecture eschatologique de l'histoire et nous impliquer dans une fatalité de déments, car ils donnent au Ghayb une explication qu'ils ont fixé dans le temps et dans l'espace et dans les circonstances relevant de leur lecture individuelle, ne tenant pas compte de la nécessité de résistance collective ni du du devoir de s'approprier la dignité, la liberté et les qualités de libération et d'édification qui changent le rapport de forces.
  • Il y a ceux qui interviennent dans la "révolte des banlieues" pour stigmatiser davantage la communauté et introduire la dimension religieuse par une Fatwa alors que l'Etat instrumentalise l'Islam pour justifier l'exclusion des jeunes. L'imposture est de ne pas poser les problèmes sociaux, sociologiques, politiques et économiques qui fabriquent l'échec scolaire, le banissement social et l'échec de l'intégration pour se cacher derrière le religieux alors que les jeunes qui se sont révoltés ne l'ont pas fait pour islamiser la France ni par ce qu'il sont musulmans mais parce qu'ils ne sont "rien" sans moyens de luttes ni d'émancipation.
  • Il y a ceux qui instrumentalisent l'Islam pour promulguer des Fatwas meurtrières et criminelles contre des chefs d'Etat, donnant une justification morale et religieuse à l'agression de ces pays par l'OTAN et par leurs islamo mercenaires. Ils ne l'ont pas fait volontairement mais ils se sont mis dans l'imposture des Fatwas hors de leur contexte géopolitique et national, alors que la Fatwa doit obéir à au moins quatre adéquations : la pertinence avec le lieu, l'opportunité avec le moment, la cohérence avec les conditions objectives et subjectives, l'efficacité, la licité et la justesse des possibilités et des moyens préconisés.
  • Il y a ceux qui importent des solutions d'un temps révolu à une époque dont ils ignorent les mécanismes, la dynamique et les interractions.
  • Il y a ceux qui passent outre les fondamentaux de la pensée islamique dans la résolution des crises : le réalisme, la globalité, la dynamique et l'ordre de priorité. Ils cultivent l'improvisation et le bavardage futile au lieu de s'investir dans la compétence de l'Islam à fournir l'alternative (al badil)
  • Il y a ceux qui confisquent les révolutions ou rêvent d'un Khalifat en faisant l'impasse sur les problèmes du Wahn qui nous hantent et qui empêchent toute grammaire civilisationnelle, car rien n'est fait pour mettre fin à la fragmentation des esprits, des idées, des corps sociaux.

L'Islamophobie connait notre wahn, notre efficacité et notre tendance émotionnelle voire convulsive, alors elle les met sous la lumière des feux de la rampe pour oblitérer les compétences, les isoler, les liquider et parfois de la manière la plus cruelle : par les siens.

C'est triste à dire mais c'est notre devoir de le dire : l'islamophobie n'est pas une simple haine passagère mais le reflet de notre Wahn, de notre insenséisme et de notre insignifiance que les autres cultivent, amplifient et provoquent. Le mal est en nous. Le remède est en nous si nous faisons de l'Islam un comportement, une méthodologie de penser, un ciment social…

Omar MazriRejoindre le Forum Islamophobie

Catégorie :: Opinions

Tags : : ,

Donnez votre avis




If you want a picture to show with your comment, go get a Gravatar.