Libye : Rien ne sera plus jamais comme avant

Si les révolutions tunisiennes et égyptiennes, si la nakba libyenne, constituent un tournant majeur pour les peuples directement concernés, elles représentent un bouleversement autrement important pour des millions d’hommes et de femmes aux quatre coins des continents.

Rien ne sera plus jamais comme avant…

Il y a la plaie béante, le drame sans nom de l’Irak et de Bagdad. Bagdad la belle, Bagdad la fière, Bagdad la majestueuse, Bagdad la blessée, Bagdad la mutilée, Bagdad la condamnée à pleurer sans que personne ne se décide à sécher ses larmes qui depuis, ont creusé des sillons sur les visages orphelins qu’aucune main n’est encore venue secourir ni même consoler.

Réfugiés libyens

Il y a le drame palestinien et la douleur au quotidien d’une injustice, colonisatrice, sanguinaire, sans fin…

Il y a la Tchétchénie et son peuple sacrifié ; génocide qui se déroule si loin, tellement loin, que les râles de Grozny et d’ailleurs ne nous parviennent même plus depuis bien longtemps.

Il y a les charniers bosniaques et Srebrenica où ordre est donné de « tuer le plus de musulmans possibles » sous les yeux « impuissants » des casques bleus forces « protectrices » de l’ONU.

Il y a l’Afghanistan si loin elle aussi. L’Afghanistan et ses fiers combattants, qui ont le ciel pour seule couverture et le sol montagneux comme unique tapis, incorruptibles, endurants, qui continuent de défier les ennemis endiablés d’Est et d’Ouest, à la seule force de leur foi et de leurs modestes fusils.

Et puis il y a la Libye. Libye la douce, Libye la verte, Libye la meurtrie, Libye la trahie, où rien ne sera plus jamais comme avant. Libye transformée en paysage de désolations et en amas de débris et de cratères géants et dont l’eau des irrigations jadis généreuses s’est transformée en lugubres canaux de sang.

Et puis il y a l’OTAN, organisation politico-militaire au budget de 1 876 millions d’euros prélevés des impôts des modestes contribuables (2% du PIB) ce qui implique que personne ne peut se dire innocent de chaque bombe qui tue un innocent.

Cette organisation créée uniquement pour assurer la sécurité de l’Occident, parade désormais en Afghanistan, en Irak et aujourd’hui à Tripoli. Autrement dit bien lien de la zone euro-atlantique qu’elle est sensée protéger. Elle a décidé elle aussi de jouer au « gendarme du monde » et autres « gardiens de la paix » qui feraient mieux de la fiche aux gens et les vaches seront bien gardés.

Mais leur posture est intenable financièrement et humainement et l’OTAN va en payer le prix politiquement et économiquement très bientôt. Wait and see.

Et puis il y a les gouvernements illégitimes qui tentent en ce moment de lâcher un chouïa de leste car ils tremblent de tant de remous, de tant de changements, de tant de bouleversements et de ces vents « fous » de liberté qui soufflent trop fort à leur goût et qui les empêchent de continuer à spolier leurs peuple en toute tranquillité sans être inquiétés comme ils l’ont fait durant leurs « belles glorieuses années » qui peu à peu se transforment en cauchemar car l’injustice dans la règle des choses ne peut éternellement durer.

Et puis il y les savants et les hommes d’influence quel que soit leur domaine de compétences, des savants ou responsables scandaleusement muets. Nous souffrons de leur mutisme, nous mourrons à petit feu de leur silence. Le monde entier parle écrit, noircit des centaines de papiers, informe le public ou manipule les opinions quant d’aucuns sont mortellement muets. Ou alors s’ils parlent c’est pour finir de nous achever.

Ecrivains, journalistes, avocats… et mêmes philosophes charlatans sont allés en Tunisie, en Egypte, en Libye pour observer, analyser, écrire, rapporter des images ou tout simplement témoigner quant d’autres, statiques, dans des salons scandaleusement opulents, observent du haut de leur sainte autorité , jugent et donnent leurs analyses et autres fatwas à travers le petit écran d’al Jazeera ou de tout autre organe propagandiste téléguidé.

Mais rien n’est plus comme avant…

Désormais l’opinion populaire, avide d’arguments éthiques et politiques, est informée, les consciences averties. Et donc qu’on se le dise, les discours pleins d’emphases lyriques et autre arguments d’autorité ne suffisent plus à convaincre et à faire l’adhésion d’hommes et de femmes qui attendent désormais des réponses claires aux problèmes stratégiques et autres enjeux nationaux et mondiaux.

Avant qu’ils en perdent définitivement

toute crédibilité, nous attendons des réponses claires de l’association internationale des savants musulmans et autres conseils de fatwas qui se sont positionnés pour une justification et un cautionnement direct ou indirect des bombardements de l’OTAN.

« Est-il permis à la population de Syrte de manger la chair des chiens et des chats morts sous les décombres de l’Otan faute de nourriture ? »

Voilà la première question posée par les survivants de la nouvelle Libye « démocratisée », et « libérée de Kadhafi ».

Pourquoi ? Pourquoi ont-ils ouvert la boite de pandore qui vient de plonger les libyens dans un tel désastre humanitaire ? La Libye dont le taux d’endettement national était le second plus faible de la planète. La Libye qui possédait le plus haut niveau de vie d’Afrique, sans TVA ni impôt sur le revenu. La Libye qui dispensait l’eau gratuitement pour les ménages et une maison de 150 m2 pour les nouveaux mariés. La Libye dont l’Otan a détruit les centrales électriques qui distribuaient gratuitement l’électricité. La Libye dont les soins médicaux et les études étaient également gratuits et illimités. Pourquoi en sont-ils arrivés à devoir manger de la chair de chat et de chien ? Pourquoi ?

C’est à ceux là même qui ont permis ce drame par leur manque d’analyse prospective qu’il faut poser la question, clame un savant résistant de Palestine Sheikh Salah Al-Din Abou Arafa qui sait de quoi il parle et d’où il parle.

Par ailleurs la question claire que nous posons et pour laquelle nous avons besoin d’une réponse sans ambages, est la suivante : l’élimination d’un seul homme quel qu’il soit autorise t-elle à sacrifier ici et là, des millions de vies dans les souffrances les plus atroces, jamais imaginées ?

Entendez-vous dans la ténébreuse obscurité les cris de ces enfants apeurés sur lesquels se sont déversés des milliers de bombes qui ont déchiquetés leurs petits corps si petits si délicats, si fragiles, encore innocents ?

Le prix à payer pour désister Kadhafi était-il absolument celui là ? Pour qu’un seul être humain vive nous sommes prêts à tout mais pour qu’un seul homme meure devons-nous être prêts à tout et surtout au pire ?

L’heure est décisive et le moment venu également à l’association européenne et internationale des savants de nous dire clairement sa position sur le pilonnage de l’Otan et sur le fait de mener une révolution aussi légitime soit t-elle en livrant un pays quel qu’il soit à l’impérialisme, à la barbarie, aux chiens et aux rats…

Et enfin: quelle analyse, quels moyens logistiques sérieux ou du moins stratégiques apportent-ils pour légitimer la libération de la Syrie du joug de l’oppression sans que cela ne devienne une caution à l’intervention de l’OTAN, à un saccage et une mise à feu et à sang ?
….
Et puis il y a les écorchés vifs, les indignités ou ceux condamnés à être lamentablement libres.

Car pourquoi vivre, pourquoi être libres, si nous réclamons le droit d’être heureux en oubliant que nous avons le devoir de faire en sorte que tout le monde sois heureux ?

Pourquoi réclamer qu’on nous aime alors que nous sommes incapables d’aimer en humanité ?

Honte à nous si nous ne sanctionnons pas de façon cinglante tous les pays membres de l’Otan, les classes politiques et leurs représentants qui ont voté cette attaque et y ont participé. Le jour où nos voix pourront s’exprimer à travers le scrutin des urnes, notre crime sera de rester muet. Car le jour où notre regard plongera dans celui d’un bébé dont les bombes auront fait taire à jamais les cris, par son regard il nous interrogera et la sentence tombera sans que nous n’ayons pu parler car son corps témoignera pour lui.

Et à celles et ceux qui se demanderaient qui je suis, je leur dis : mon martyr est palestinien, mon sang irakien, ma révolte tunisienne, mes larmes tchétchènes, mes invocations afghanes, mes blessures syriennes, ma voix arabe, mon cœur humain, ma détresse libyenne… mon indignation universelle et en dehors de cela je ne suis rien.

Faouzia Zeddi-Ghorab

Catégorie :: Opinions

Tags : : , , ,

Commentaires (6)

Trackback URL | Commentaires Flux RSS

  1. Green dit :

    Et les enfants de Misrata ? Bombardés par …. le guide Qaddafi. On met ça sous le tapis ? Il y a sûrement à dire sur l’alliance avec l’OTAN & je parle sur un plan juridique (fiqh islamique il va s’en dire et pas le droit international dont je me fiche royalement ou encore l’universalisme des lumières dont je me fiche encore plus). Mais les solos de violoncelles et les mélos autour de Qaddafi, ça va un moment. Deja qd on a pour référence Thierry Meyssan, c’est qu’il y a un pb.

  2. CFCM TV dit :

    Assalam ‘alaykoum,

    En effet il y a énormément à dire sur l’alliance avec les criminels de l’OTAN, sur le traitement des prisonniers de guerre, sur la nature du CNT, sur le fait de prétendre mener le Djihad sous un autre étendard que celui du Tawhid, sur le prétexte que de tuer un tyran on peut détruire tout un pays et mettre des millions de gens dans des conditions désastreuses de vie, sur la caution de certains savants musulmans donnant leur aval à l’OTAN pour leurs actions génocidaires sur un pays musulman etc… Et tout celà bien sûr vu sous le prisme du Fiqh, de la Shari’a.

    Concernant Misrata et la fausse guerre humanitaire de l’OTAN, je vous invite à visionner cette vidéo inshaa Allah :http://www.euroalgerie.org/2011/11/11/guerre-humanitaire-en-libye-il-ny-a-pas-de-preuves/

    Wa salaam

  3. Green dit :

    Alors s’il y a à dire sur le plan religieux, il faut le dire. Mais le dire avec nos références, nos référents, nos sources, avec notre pensée islamique. Même pour dénoncer, on fait dans le mimétisme et le misérabilisme. On rechauffe la soupe des complotistes (meyssan and co) et on nous la sert comme de la soupe fraiche. La soupe est infecte et rechauffée.

    Concernant Misrata, bâraka Llâhu fik. Moi je ne parle pas de l’humanitaire. Je parle du pillonage par les forces de Qaddafi de la ville. Je parle de son blocus par les forces de Qaddafi. Que fait on ? On nie leur misère ? On crie au complot car les gens de Misrata étaient heureux mais juste incompris.

    Je parle aussi de l’aviation lybienne (on a vite oublier les deux pilotes de chasse qui ont refusé de bombarber les manifestants & qui se sont réfugié à Malte) qui avant le blocus aérien bombardait les contestataires lybiens en plein Tripoli. Des avions de chasse contre la population civile, contre des manifestants ? Des mensonges aussi des occidentaux peut etre ? Ou l’expression de toute la raHma du guide ?

    Moi je déteste l’otan mais je ne fais pas de Qaddafi un martyr. Vais-je le regretter ? Sûrement pas. C’est un meurtrier qui est tombé sur des meurtriers comme lui et qui lui ont fait ce qu’il a fait à tant d’autres: humiliation puis assassinat. Est-ce que je cautionne ça ? Non puisque ma religion qui est mon seul prisme de vision ne le cautionne pas. Il aurait du comparaitre dvt un tribunal islamique et juger. Ca je le regrette. Qu’il ne soit pas juger au vu et au su de tous par la seule loi qui a une réelle valeur: la shari`a. Oui, ça je le regrette profondement.

    Je n’ai pas besoin de voltaire ou rousseau. Je n’ai pas besoin de martin luther king. Je n’ai pas besoin de la chartre des droits de l’homme ou de l’universalisme. Je n’ai pas besoin de caution intellectuelle. Je ne cache pas mon islâm derrière les références occidentales (comme si on ne pouvait convaincre qu’en reniant nos références). Mon avis se base sur l’islâm. C’est au nom de ça que je hais Qaddafi, que je hais l’otan et que je hais ce qui a été fait à Qaddafi.

  4. CFCM TV dit :

    Assalaam ‘alaykoum,

    Je ne vais pas répondre pour l’instant car je ne sais pas à qui s’adresse exactement le premier paragraphe de votre message, ni le dernier.

    Vu le contenu je ne me sens aucunement visé mais j’aimerai en être sûr.

    Que ce soit la théorie des complotistes où les références des kufar, très peu pour moi merci. Même si récemment un article a été publié sur le témoignage de Meyssan en Libye, ce n’est que pour sa qualité de témoin sur certains faits, vu qu’il était sur le terrain en tant que journaliste, et non pour valider ou cautionner sa compréhension du conflit ou sa ‘aqida. Ce qui m’amène à préciser, peut-être est-ce nécessaire, que ce n’est pas parce qu’un article est publié dans cet espace que je cautionne forcément tout son contenu, les idées ou la ‘aqida de son auteur. C’est un espace de dialogue, et j’espère que la soeur, que je ne connais pas au passage et qui m’a envoyé son article par mail, vous répondra pour le bien de l’échange inshaa Allah.

    Mon commentaire précédent ne visait aucunement la défense de l’article ou toutes les conceptions de la soeur(encore une fois, je ne la connais pas) mais simplement rebondissait sur votre affirmation : « Il y a sûrement à dire sur l’alliance avec l’OTAN & je parle sur un plan juridique (fiqh islamique.. »
    Pour partager quelques questions que je me pose sur la légitimité et la caution islamique d’une telle opération effectuée sur un pays souverain musulman par des troupes du Kufr, entre autres.

    Wa salaam

  5. Green dit :

    En effet, mes commentaires peuvent donner l’impression que je vous interpelle directement, ce n’est pas exactement ça et je m’excuse pour le quiproquo. Effectivement je vise plutot l’auteure de l’article par la plupart de mes propos même si je reprend parfois vos idées et même aussi si je fais allusion à d’autres textes de la même auteure.

    Comme deja dit, je ne cautionne pas l’assassinat de Qaddafi.Mais ne pas cautionner à la manière des mécréants & ne pas cautionner à la manière des musulmans sont deux choses complètement dichotomiques. Il y a même plus de différentes entre ne pas cautionner islamique et ne pas cautionner « kufriquement » qu’entre ne pas cautionner islamiquement et cautionner islamique. Dans le dernier cas, c’est un pb d’interprétation dans un meme ssysteme de pensées. Dans le premier cas,ce sont deux systemes opposés qui donnent la fausse impression d’aller dans le même sens.

    On a le cas de Khalid ibnu l walîd radhiya Llâhu `anhu lors du califat de `Umar ibnu l Khattab radhiya Llâhu `anhu. Le premier commandait les troupes militaires du second. Le premier est connu sous le nom de Sayfulislam. C’est un grand compagnon dont les faits d’armes, l’art militaire sont vanté par tous les musulmans. Pourtant il se rendit coupable d’un crime durant les conquêtes. Le calife `Umar est lui al Faruq. Que dit-il ? Il se désolidarisa de Khalid. Il le démobilisa et plus jamais Khalid ne commanda une armée et ce malgré tout ces faits d’armes. Khalid n’eut plus de rôle militaire et ce jusque sa mort. Et ce sans renier le fait qu’il fut et est un grand compagnon.
    On a dans le qur’ân et la tradition, la prééminence de la justice. La shari`a place la justice en haute estime et en fait un axe essentiel comme la préservation de la vie. Nous avons dans nos sources de quoi poser la question du traitement de Qaddafi et/ou de l’alliance militaire avec des mécréants ? La question de l’alliance avec les mécréants a été traité par les premiers mujtahidins comme Mâlik, Shafii ou Ahmad rahimahum Llâh. Nous avons le cas où lors de la bataille de Badr, un mushrik proposa son aide au prophète salla Llâhu `alayhi wa sallam. Les musulmans étaient peu nombreux mais le prophète refusa. Nous avons aussi le cas de `Ubadah ibn Samat al ansari al badrî qui étaient bien vu chez les juifs de Médine. 500 de ces juifs proposerent de rejoindre les troupes musulmanes pour les assister et c’est alors que furent révélé les versets 28 et 29 de la surah ‘âli ‘imrân.
    On peut mettre le juridique en perspective en analysant des cas récents comme le cas de l’afghanistan sous occupation russe. On peut analyser le cas du kosovo.
    Bref il y a tant à faire avec nos références alors pourquoi un texte si éloigné de l’islâm sur un site islamique ? Il faut faire attention aux shubuhats (équivoques religieuses) qu’il pourrait véhiculer.

    Je le répère. Si on se désolidarise de l’assassinat de Qaddafi pour les mauvaises raisons alors on ne se sera pas désolidarisé de façon islamique. Cet acte est alors caduque sur le plan eschatologique.

    De ce que je vois, le texte n’a rien à voir avec l’islâm.

  6. Marco dit :

    Et toi DODORARA….t’as jiaams profité du pactole….arrête de donner de grandes lecons de morale…a la fin ca Gonfle…mais grave…STOP la Dose

Donnez votre avis




If you want a picture to show with your comment, go get a Gravatar.