L’Algérie : Changement choisi sinon imposé

Depuis quelques jours la situation en Algérie et la situation au sein des partis politiques et au sein de l’opposition – qui tous ne représentent pas le peuple – sont en effervescence et en état de guerre les uns contre les autres avec les mots d’ordre suicidaire des années 80 et 90 : L’éradication et le refus de la Charia pour les uns, la démocratie est koufr pour les autres. Tous semblent répondre aux convocations de l’Ambassade américaine à Alger. Tout semble indiquer que la France et les États-Unis sont derrière cette effervescence pour au moins huit raisons ou péchés capitaux :

1 – Revenir à la théorie des dominos pour la reconfiguration du Moyen-Orient, cette fois au niveau de l’Afrique du Nord qui recèle les réelles potentialités d’avenir en faveur mais aussi contre le nouvel ordre mondial selon la perspective du regard.

2 – Récupérer ce qu’ils appellent le printemps arabe et changer leurs pions vieillis, usés, stupides qui n’arrivent plus à gérer et à dégager des élites qui pensent en terme de région car les États-Unis ne sont pas intéressés à gérer pays par pays mais région par région. L’Afrique du Nord est une région qui pourrait être rattaché à l’Afrique subsaharienne après avoir été fragmentée car l’empire sait que le nationalisme arabe et l’internationalisme islamique sont des opposants à sa vision césarienne du monde. A l’abri par la distance ils peuvent déstabiliser et investir sur le plus vassal, le plus cupide et le plus impitoyable… Il ne faut jamais perdre de vue que l’impérialisme a plusieurs fers dans le feu en même temps et plusieurs pédales : il peut accélérer, ralentir ou freiner ici ailleurs nous secouant de telle manière que nous n’ayons aucun repère et aucune capacité de résistance ou d’anticipation.

3 – Profiter du coup en Libye. Les analyses simplistes y voient une affaire de pétrole ou de base militaire mais l’arsenal technologique industriel et militaire est tel que le pétrole leur appartient déjà et qu’ils sont militairement présent partout. La Libye, c’est créer une entropie pour contrer la révolution Égyptienne, par la diversion, la subversion et la bloquer. Sans l’argent, le territoire et l’influence de la Libye de Kadhafi, la révolution égyptienne avec les bureaucraties toujours en place et une économie sous contrôle américain reviendrait au giron du FMI et de la Banque mondiale. L’entropie est en Libye une déstabilisation de toute la région car pour les malheurs des arabes, ils n’ont pas de cadre d’orientation idéologique fédératrice alors que la France et les États-Unis exacerbent les clivages idéologiques pour rééditer en Algérie le scénario libyen et stopper toute imagination de changement.

4 – L’Otan sait que l’armée algérienne est divisée d’une manière profonde. Elle est divisée sur son alignement aux Janviéristes éradicateurs qui lui a coûté en capital confiance et respect de la part du peuple. Elle est divisée sur la tutelle du DRS. Elle est divisée entre les courants qui la composent : Pro américains, pro français, pro marocains, nationalistes issus de l’ANP et recrutés depuis les années 60 à partir des écoles algériennes, elle est divisé sur le lâchage du Général et Président Liamine Zéroual et d’autres généraux de prestige issus des écoles de guerre d’URSS, de Chine, d’Irak et d’Égypte. Ces généraux auraient pu apporter la paix et la concorde au début des années 90 et éviter au pays cette horrible hémorragie. Sur ce sujet il faut avouer que les nationalistes, les islamistes et les pseudos démocrates n’ont pas été à la hauteur pour soutenir le moindre mal et mettre fin précocement à la guerre civile fomentée par les services et les médias français ainsi que leurs valets algériens. Sur ces divisions accumulées vient s’ajouter la position sur la Libye. Les officiers algériens, professionnels et nationalistes, ne pouvaient et ne peuvent toujours pas tolérer la présence et l’agression d’un pays frère dans ce qu’on appelle la profondeur stratégique de son territoire alors qu’une autre poignée d’officiers rompus aux intrigues, aux compromis d’appareils et à l’alignement sur l’axe Paris-Washington. Il s’agit d’une opération chirurgicale pour se débarrasser d’un tyran, d’un fou, d’un gêneur. Le temps et la résistance des loyalistes de Kadhafi a donné raison aux nationalistes. Ces derniers peuvent contribuer à l’échec lamentable de l’OTAN. Je ne suis pas au sein de l’armée pour le savoir, il suffit de lire la presse algérienne et de connaitre sa ligne idéologique pour deviner ce qui n’est pas dit.

5 – Israël n’a pas abandonné ses deux projets : S’étendre géographiquement et faire de la rive latine de la méditerranée la rive dominante sur la rive musulmane et arabe pour lui garantir sa suprématie militaire, culturelle, idéologique et économique dans une confrontation avec l’Iran. Dans ce cadre, l’armée égyptienne est sous la tutelle américaine et même si la révolution égyptienne réussie, le maréchal et ses généraux depuis Camp David n’ont plus de doctrine de guerre ni de possibilité de confrontation avec Israël. Dans le monde arabe il ne reste que deux armées celle de la Syrie avec son bras le Hezbollah et son soutien logistique iranien, et celle de l’Algérie. Toute attaque contre l’Iran ou la Syrie mettra les forces américaines, les installations de pétrole et Tel Aviv sous un déluge avec la règle œil pour œil et dent pour dent mais surtout avec la population arabe en situation insurrectionnelle capable de s’engager pour frapper les intérêts occidentaux sans parler de l’Afghanistan et du Pakistan. Erdogan serait renversé par les islamistes et les nationalistes turcs. Pour l’instant il ne reste que frapper l’armée algérienne. La frappe peut être symbolique.

Lire la suite sur Euroalgerie.org

Catégorie :: Informations & Décryptage

Tags : : , , , ,

Donnez votre avis




If you want a picture to show with your comment, go get a Gravatar.