Par delà le Halal et le Haram

Ce n’est pas le «  par delà le bien et le mal » de Friedrich Nietzsche même si j’approuve sa citation : « Ce qu’on fait par amour s’accomplit toujours par-delà le bien et le mal. »  C’est la quête du devoir de faire et de bien faire (al Ihsane) quand le Musulman entend le mot halal ou le mot agir.

Je livre, ci-dessous, sans complaisance,  ma lecture du S.O.S lancé par Al Kanz :

« Lundi après-midi l’AFNOR et les industriels discuteront de la pertinence du contrôle dans le cadre d’une norme halal. L’objectif inavoué est de supprimer tout contrôle et de mettre sur la touche les organismes de certification pour pouvoir vider tranquillement le halal de sa substance islamique et de continuer à commercialiser du faux halal. Nous devons tous agir.  Faisons part de notre indignation à l’AFNOR, par mail, par téléphone ou par fax »

Depuis 1948, les Arabes expriment en vain leur indignation, leur  mécontentement et leur refus de l’occupation sioniste auprès de l’ONU, des USA  et de la France. Nous n’allons pas reproduire pour le Halal la même complainte. L’axe de la résistance a montré qu’il y a d’autres moyens pour reconquérir ses droits et sa dignité.

Tant que nous faisons de la lutte pour l’islam juste une dénonciation, une pétition ou un clic de souris sur un lien, Allah(swt) nous laissera dans notre Wahn. Nous continuerons à prier dans les casernes de ceux qui vont bombarder nos frères Musulmans et nous mangerons les bêtes malades que les agriculteurs Koffars n’arrivent pas à vendre et les carcasses que les halles ne parviennent pas à écouler.

Nous continuerons à prier dans des lieux de prières « dharar » octroyés ainsi que leurs équipements par des candidats qui achètent des voix. Ils savent que nous sommes corrompus et corruptibles. Ces élites musulmanes qui s’engraissent dans le Haram et qui vivent comme des aristocrates de la rente procurée par  leur position socio religieuse doivent se rappeler et rappeler aux musulmans que l’édification d’une mosquée n’est pas Halal si elle provient d’un argent non Halal ou de l’argent d’un mécréant qui raille l’Islam, qui tourne en dérision les Musulmans et qui blasphème :

مَا كَانَ لِلْمُشْرِكِينَ أَنْ يَعْمُرُوا مَسَاجِدَ اللَّهِ شَاهِدِينَ عَلَىٰ أَنْفُسِهِمْ بِالْكُفْرِ أُولَٰئِكَ حَبِطَتْ أَعْمَالُهُمْ وَفِي النَّارِ هُمْ خَالِدُونَ   إِنَّمَا يَعْمُرُ مَسَاجِدَ اللَّهِ مَنْ آمَنَ بِاللَّهِ وَالْيَوْمِ الْآخِرِ وَأَقَامَ الصَّلَاةَ وَآتَى الزَّكَاةَ وَلَمْ يَخْشَ إِلَّا اللَّهَ فَعَسَىٰ أُولَٰئِكَ أَنْ يَكُونُوا مِنَ الْمُهْتَدِينَ أَجَعَلْتُمْ سِقَايَةَ الْحَاجِّ وَعِمَارَةَ الْمَسْجِدِ الْحَرَامِ كَمَنْ آمَنَ بِاللَّهِ وَالْيَوْمِ الْآخِرِ وَجَاهَدَ فِي سَبِيلِ اللَّهِ لَا يَسْتَوُونَ عِنْدَ اللَّهِ وَاللَّهُ لَا يَهْدِي الْقَوْمَ الظَّالِمِينَ

‘amara signifie peupler, remplir mais aussi urbaniser, construire et édifier. La logique humaine et la logique coranique ne peuvent comprendre que le mécréant peuple les mosquées ou qu’il les finance pour qu’elles soient peuplées de croyants :

{Il n’appartenait pas aux polythéistes de fréquenter (d’édifier) les Mosquées d’Allah, témoignant de mécréance contre eux-mêmes. Ceux-là vaines ont été leurs actions, et ils s’éterniseront dans le Feu. Mais ne fréquente (n’édifie) les Mosquées d’Allah que celui qui devint croyant en Allah et au jour Dernier, qui accomplit la prière, qui acquitte la Zakat, et qui n’a craint qu’Allah. Alors ceux-là seraient du nombre des biens guidés.  Avez-vous considéré qu’assurer l’eau au pèlerin et entretenir la Mosquée Sacrée, est égal (au mérite) de celui qui croit en Allah et au jour Dernier, et qui a lutté pour la Cause  d’Allah ? Ils ne sont point égaux auprès d’Allah. Allah ne Guide point les gens injustes.} At Tawba 17

Si le musulman n’est pas capable de financer sa mosquée, alors qu’il se montre astucieux pour financer sa villa et son magasin au bled et consommer d’une manière irrationnelle et ostensible il peut avoir la dignité d’accomplir sa prière du vendredi par groupe de 12 ou un peu plus dans un appartement sous la supervision du plus connaissant et du plus pieux. Les mosquées seront peut être moins remplies et moins nombreuses mais les cœurs seront sans doute davantage plus fraternels et plus humbles. Dans un état musulman la construction et l’entretien de la mosquée relève de l’État car c’est sa vocation d’état musulman et de plus il le fait avec un budget financé par les impôts et les taxes prélevés sur les Musulmans. L’histoire a montré que pour garder son autonomie du pouvoir politique et ne pas laisser la religion instrumentalisée par des manœuvres politiciennes, les Musulmans ont financé leurs mosquées et les fondations pieuses rattachées aux mosquées allant jusqu’à concurrencer l’État. Ils ont ainsi conservé une société islamique qui assure la pérennité du savoir, de l’enseignement, de la charité, des droits de l’homme, de la protection maternelle et infantile, de l’assistance sociale et de l’indépendance du savant même si l’État devient despotique ou en faillite. L’État laïc en France n’a pas à financer nos mosquées ni nos théologiens ni nos élites ni notre Halal. La laïcité n’est pas une fatalité à subir mais une épreuve sur notre chemin de foi et notre devoir de témoigner de cette foi à  celles et à ceux qui n’ont pas eu le privilège de connaitre l’Islam dans sa pureté et son authenticité. Une parole de piété et de vérité dans un lieu sobre et propre de tout Riba est préférable à une belle rhétorique dans un lieu somptueux financé par le Riba et par une intention de caporalisation :

مَثَلُ الَّذِينَ يُنْفِقُونَ أَمْوَالَهُمْ فِي سَبِيلِ اللَّهِ كَمَثَلِ حَبَّةٍ أَنْبَتَتْ سَبْعَ سَنَابِلَ فِي كُلِّ سُنْبُلَةٍ مِائَةُ حَبَّةٍ وَاللَّهُ يُضَاعِفُ لِمَنْ يَشَاءُ وَاللَّهُ وَاسِعٌ عَلِيمٌ الَّذِينَ يُنْفِقُونَ أَمْوَالَهُمْ فِي سَبِيلِ اللَّهِ ثُمَّ لَا يُتْبِعُونَ مَا أَنْفَقُوا مَنًّا وَلَا أَذًى لَهُمْ أَجْرُهُمْ عِنْدَ رَبِّهِمْ وَلَا خَوْفٌ عَلَيْهِمْ وَلَا هُمْ يَحْزَنُونَ قَوْلٌ مَعْرُوفٌ وَمَغْفِرَةٌ خَيْرٌ مِنْ صَدَقَةٍ يَتْبَعُهَا أَذًى وَاللَّهُ غَنِيٌّ حَلِيمٌ يَا أَيُّهَا الَّذِينَ آمَنُوا لَا تُبْطِلُوا صَدَقَاتِكُمْ بِالْمَنِّ وَالْأَذَىٰ كَالَّذِي يُنْفِقُ مَالَهُ رِئَاءَ النَّاسِ وَلَا يُؤْمِنُ بِاللَّهِ وَالْيَوْمِ الْآخِرِ فَمَثَلُهُ كَمَثَلِ صَفْوَانٍ عَلَيْهِ تُرَابٌ فَأَصَابَهُ وَابِلٌ فَتَرَكَهُ صَلْدًا لَا يَقْدِرُونَ عَلَىٰ شَيْءٍ مِمَّا كَسَبُوا وَاللَّهُ لَا يَهْدِي الْقَوْمَ الْكَافِرِينَ وَمَثَلُ الَّذِينَ يُنْفِقُونَ أَمْوَالَهُمُ ابْتِغَاءَ مَرْضَاتِ اللَّهِ وَتَثْبِيتًا مِنْ أَنْفُسِهِمْ كَمَثَلِ جَنَّةٍ بِرَبْوَةٍ أَصَابَهَا وَابِلٌ فَآتَتْ أُكُلَهَا ضِعْفَيْنِ فَإِنْ لَمْ يُصِبْهَا وَابِلٌ فَطَلٌّ وَاللَّهُ بِمَا تَعْمَلُونَ بَصِيرٌ

{L’exemple de ceux qui dépensent leurs biens pour la cause d’Allah est comme l’exemple d’une graine qui a germé sept épis de blé, chaque épi renfermant cent graines. Et Allah Multiplie à qui Il Veut. Allah Est Tout-Largesse, Omniscient. Ceux qui dépensent leurs biens pour la cause d’Allah, puis ne font pas suivre ce qu’ils dépensèrent de vantardise, ni de nuisance, auront leur rémunération auprès de leur Seigneur. Nulle crainte pour eux et ils ne seront point affligés. Un dire convenable et un pardon sont meilleurs qu’une aumône suivie de nuisance. Allah s’en Passe, Il Est Longanime. O vous qui êtes devenus croyants, n’annihilez pas vos aumônes par la vantardise et la nuisance, comme celui qui dépense son bien par ostentation devant les Hommes, et qui ne croit ni en Allah ni au Jour Dernier. Son exemple est comme l’exemple d’un rocher couvert de poussière, qu’une averse frappa et laissa tout aride. Ils n’ont aucune prise sur ce qu’ils ont acquis, et Allah ne Guide point les gens mécréants.

L’exemple de ceux qui dépensent leurs biens désirant l’agrément d’Allah et l’affermissement de leurs âmes est comme l’exemple d’un jardin sur une colline : l’averse l’atteint-il, sa production est deux fois plus grande. Et s’il n’est pas atteint par l’averse, il le sera par la bruine. Allah est Omnivoyant de ce que vous faites.} Al Baqara 261

La règle du convenable (al ma’ârouf)  dans la parole, le comportement, l’intention et l’action est celle qui doit animer notre quête de vérité au-delà des apparences et nous libérer du Wahn qui nous rend inconséquent, insensé, insignifiant et absurde face aux autres et face aux solutions qui ne viennent pas de nous mais qui nous sont imposés de l’extérieur. Produire du Halal, consommer du Halal, prier ou construire une mosquée, étudier ou construire une école sont des actes nécessaires conditionnés par le respect de cette règle du ma’ârouf et de son cadre éthique et esthétique.

Le Musulman ne connait pas le syndrome victimaire, pleurnichard; c’est un être honoré par Allah qui a les compétences d’agir. En sa qualité de minorité il doit s’organiser autour d’élites nobles et généreuses pour produire ses idées, ses élites et son argent pour produire sa nourriture Halal sinon l’importer et construire ses logements sans passer par le Riba. La chaine du Halal commence en amont de l’abattoir et dépasse le cadre des organismes de certification. Si les Musulmans ne sont pas capables de faire de l’élevage, de l’abattage et de la distribution de viande de bonne qualité et Halal il faudrait qu’ils se convertissent en bouddhistes végétariens.

Il nous faut casser le réflexe de consommateur passif pour devenir producteur créatif et innovant. L’économie solidaire et coopérative est une économie fiable et crédible : elle a fait ses preuves en France, au Québec, en Espagne et en Italie. Ses principes de mutualisation sont des principes islamiques. Ses principes d’usager propriétaire et ses règles  d’auto gestion sont conformes à la Charia islamique. Nous laissons l’arsenal juridique et économique disponible et conforme à notre religion et nous allons susurrer à l’oreille d’un Cheikh vivant à des milliers de km de promulguer des fatwas autorisant le Riba.

Manier et manipuler de l’argent comporte des risques, en particulier dans une communauté de méfiance et de défiance comme la notre dont la mémoire est remplie de trahison et d’arnaques. Les risques sont plus grands quand on voit l’ampleur du marché, les appétits et la nature idéologique de ses agents. Ce risque peut être surmonté par des Musulmans représentatifs sur le plan de la notoriété sociale, religieuse  et morale et de leur compétence à s’entourer d’experts en économie, en commerce, en finance, en élevage, en abattage. Ces experts  existent et ne demandent qu’à se mettre au service de la communauté. Les enjeux sont énormes pour un marché de milliard d’euros mais les gains en terme de qualité, de dignité, de Halal et surtout en terme d’apprentissage de l’initiative macro économique et des possibilités de mobiliser la Zakat qui en découle pour créer des fondations musulmanes et être plus présents, plus autonomes et plus combattifs dans un monde manifestant plus d’hostilité à notre égard et plus d’exacerbations sociales :

وَالَّذِينَ يَكْنِزُونَ الذَّهَبَ وَالْفِضَّةَ وَلَا يُنْفِقُونَهَا فِي سَبِيلِ اللَّهِ فَبَشِّرْهُمْ بِعَذَابٍ أَلِيمٍ

{Et ceux qui thésaurisent l’or et l’argent, et ne les dépensent pas pour la Cause d’Allah, annonce-leur un douloureux châtiment.} At Tawbah 35

Al Kanz a fait son travail de veille et d’information  et il doit être remercié pour sa vigilance et l’expression sérieuse et assidue de ses préoccupations sur le Halal. Si nous devons dénoncer il faut dénoncer les autorités saoudiennes qui  font manger du poulet français non Halal aux pèlerins. Ils ont pourtant les moyens de financer un organisme international de certification en leur qualité de défenseur ou de serviteur des lieux saints de l’Islam. Il est facile de servir des choses (les territoires sacrées et les mosquées prestige) que des hommes (les Musulmans) et encore moins servir la cause d’Allah.

Il est temps que d’autres compétences le rejoignent ou se mettent en parallèle pour aller plus loin que la dénonciation. Il y a eu la création d’un organisme musulman semblable à « Que Choisir » pour la défense des consommateurs musulmans. Toutes ces initiatives sont bonnes mais elles ne peuvent que tenter de redresser l’ombre d’un système qui n’est pas fait pour nous. Il faut entrer dans le système et utiliser ses possibilités légales pour créer ce qui doit être fait pour nous et là il faut se mettre dans le processus de production de la viande en allant très en amont : l’élevage de la bête vivante et son alimentation en France sinon ailleurs.

Si nous devons hisser le débat plus haut que celui de la consommation, légitime, il faut nous situer sur la lutte idéologique menée contre l’Islam et leur présence en France. Nous devons refuser d’être un encombrement ou une inertie faisant obstacle à la propagation naturelle de l’Islam dans la population française car l’avenir de ce pays est dans l’Islam et l’avenir est toujours en faveur de l’Islam en dépit des efforts de démolition, de sape, de diversion  et de subversion.

يُرِيدُونَ أَنْ يُطْفِئُوا نُورَ اللَّهِ بِأَفْوَاهِهِمْ وَيَأْبَى اللَّهُ إِلَّا أَنْ يُتِمَّ نُورَهُ وَلَوْ كَرِهَ الْكَافِرُونَ هُوَ الَّذِي أَرْسَلَ رَسُولَهُ بِالْهُدَىٰ وَدِينِ الْحَقِّ لِيُظْهِرَهُ عَلَى الدِّينِ كُلِّهِ وَلَوْ كَرِهَ الْمُشْرِكُونَ

{Ils veulent éteindre la Lumière d’Allah par leurs paroles, alors qu’Allah Tient absolument à Parfaire Sa Lumière, serait-ce contre le gré des mécréants. C’est Lui qui A Envoyé Son Messager avec la Direction infaillible et la Religion du Vrai, pour la Faire manifester avec évidence, sur toutes les religions, serait-ce contre le gré des polythéistes.} At Tawbah 32

Quand je lis sur un site se réclamant de l’histoire « Au cours de l’émission « Des paroles et des actes » diffusée jeudi 29 septembre sur France 2, le ministre des Affaires étrangères Alain Juppé a reproché à Eric Zemmour « sa phobie de l’islam » : « Pour vous l’islam est un danger qui menace la civilisation occidentale » lance Alain Juppé au chroniqueur du Figaro qui visiblement décontenancé par cette vérité énoncée en direct s’est contenté de la nier. Mais n’est-ce pas ce même Zemmour qui avait crié entre autres à « l’halalisation de la France ! » dans l’émission « Ça se dispute » sur i>TELE. Des propos aussitôt relayés par les sites racistes et islamophobes. » J’ai mal car j’ai le sentiment de voir le réflexe de l’indigène caressé dans le sens du poil qui se met à baver de joie devant celui qui l’a bousculé oubliant qu’ils sont tous les deux les expressions de la même haine et du même mépris. La langue de bois mielleuse ne peut pas faire oublier la décenie rouge en Algérie, les souffrances du peuple Afghan, l’ingérence en Afrique et l’agression en Libye qui semble avoir tué des dizaines de milliers de femmes, d’enfants et d’hommes libyens. Le crime couvert par l’acceptation de l’islamiste est plus grave que l’halalisation islamophobe. Dans toutes les situations nous ne créons pas l’évènement historique, nous le subissons, nous le refoulons et parfois nous le défoulons  sans projet, sans cohérence fédératrice, sans repentir, sans références idéologiques à la Sourate « le repentir »

Par delà le Halal et le Haram il y a une règle institué par le Coran et la Sunna : Al Badil, l’alternative. Ni Allah ni Son Prophète n’ont interdit une chose sans apporter la solution alternative. Ce badil n’est pas un discours mais le coeur de la culture islamique qui fait que le Musulman est toujours en quête d’une solution nouvelle aux défis de son temps et d’une solution plus opportune, plus pertinente, plus efficace, plus simple par rapport aux solutions anciennes. Le drame n’est pas dans le Halal et le Haram, il est dans notre incapacité à nous hisser à la culture islamique, celle des idées, de la compétence d’entreprendre, d’imaginer et d’agir non pour trouver un confort qui rassure notre conscience endormie mais pour changer notre mentalité, notre immobilisme et le monde de plus en plus pervers et satanique qui nous rend inopérant malgré notre nombre, notre argent, nos diplômes et l’étendue de nos problèmes qui s’accumulent et se fossilisent devenant presque impossibles à résoudre ou à comprendre.

Il faut se mettre dans une dynamique intellectuelle, politique, sociale, économique, sans autarcie ni apologie du passé ni polémique stérile, et se mettre à réaliser l’essentiel : produire nos idées, nos élites, notre argent pour nous protéger contre les menaces, les intimidations et la corruption et ainsi protégés nous pouvons témoigner en toute sérénité de la vérité. Il faut donc se libérer de l’infantilisme idéologique et du festif ostentatoire. Le Juif que nous dénigrons s’il avait durant la période Vichy à sa disposition le salon du Bourget pour réunir chaque année 100 000 personnes il aurait trouvé les mots pour faire bouger la fibre religieuse et communautaire et faire une quête de 2 euros par personnes pour financer une ligne d’abattage de poulet d’une capacité de 2500 euros par heure pour un cout clé en main de 200000 euros et un fonctionnement en coopératives.

Des milliers de solutions existent passant d’un partenariat avec les altermondialistes, les fermiers français ou l’investissement en Nouvelle Zélande,  la Pampa, le Soudan ou un pays africain. Il faudrait sans doute relire la Sira Nabawiya, la biographie scientifique du Prophète, dans son aspect économique et commercial pour voir comment il a cassé les monopoles financiers, fonciers et industriels dès son arrivée à Médine après avoir construit une mosquée, une école et un asile pour les migrants sans revenus ni travail. Nos imams et nos prédicateurs doivent coller à la réalité sociale, politique et idéologique et trouver des solutions cohérentes à la lumière du Coran et de la Sunna au lieu de lancer des discours lénifiants qui fascinent le « fidèle » tant qu’il est sous hypnose du verbe et de l’habit mais qui ne chassent ni les démons ni les cauchemars qui peuplent son quotidien diurne ou nocturne. Ils doivent prendre garde à Allah (Taqwah) dans leur regard spirituel et social sur la communauté souffrante sans guide ni repère.

خُذْ مِنْ أَمْوَالِهِمْ صَدَقَةً تُطَهِّرُهُمْ وَتُزَكِّيهِمْ بِهَا وَصَلِّ عَلَيْهِمْ إِنَّ صَلَاتَكَ سَكَنٌ لَهُمْ وَاللَّهُ سَمِيعٌ عَلِيمٌ أَلَمْ يَعْلَمُوا أَنَّ اللَّهَ هُوَ يَقْبَلُ التَّوْبَةَ عَنْ عِبَادِهِ وَيَأْخُذُ الصَّدَقَاتِ وَأَنَّ اللَّهَ هُوَ التَّوَّابُ الرَّحِيمُ وَقُلِ اعْمَلُوا فَسَيَرَى اللَّهُ عَمَلَكُمْ وَرَسُولُهُ وَالْمُؤْمِنُونَ وَسَتُرَدُّونَ إِلَىٰ عَالِمِ الْغَيْبِ وَالشَّهَادَةِ فَيُنَبِّئُكُمْ بِمَا كُنْتُمْ تَعْمَلُونَ وَآخَرُونَ مُرْجَوْنَ لِأَمْرِ اللَّهِ إِمَّا يُعَذِّبُهُمْ وَإِمَّا يَتُوبُ عَلَيْهِمْ وَاللَّهُ عَلِيمٌ حَكِيمٌ وَالَّذِينَ اتَّخَذُوا مَسْجِدًا ضِرَارًا وَكُفْرًا وَتَفْرِيقًا بَيْنَ الْمُؤْمِنِينَ وَإِرْصَادًا لِمَنْ حَارَبَ اللَّهَ وَرَسُولَهُ مِنْ قَبْلُ وَلَيَحْلِفُنَّ إِنْ أَرَدْنَا إِلَّا الْحُسْنَىٰ وَاللَّهُ يَشْهَدُ إِنَّهُمْ لَكَاذِبُونَ لَا تَقُمْ فِيهِ أَبَدًا لَمَسْجِدٌ أُسِّسَ عَلَى التَّقْوَىٰ مِنْ أَوَّلِ يَوْمٍ أَحَقُّ أَنْ تَقُومَ فِيهِ فِيهِ رِجَالٌ يُحِبُّونَ أَنْ يَتَطَهَّرُوا وَاللَّهُ يُحِبُّ الْمُطَّهِّرِينَ أَفَمَنْ أَسَّسَ بُنْيَانَهُ عَلَىٰ تَقْوَىٰ مِنَ اللَّهِ وَرِضْوَانٍ خَيْرٌ أَمْ مَنْ أَسَّسَ بُنْيَانَهُ عَلَىٰ شَفَا جُرُفٍ هَارٍ فَانْهَارَ بِهِ فِي نَارِ جَهَنَّمَ وَاللَّهُ لَا يَهْدِي الْقَوْمَ الظَّالِمِينَ لَا يَزَالُ بُنْيَانُهُمُ الَّذِي بَنَوْا رِيبَةً فِي قُلُوبِهِمْ إِلَّا أَنْ تَقَطَّعَ قُلُوبُهُمْ وَاللَّهُ عَلِيمٌ حَكِيمٌ

{Prends de leurs biens une aumône pour les purifier et les épurer, et prie pour eux. Certes, tes prières sont une quiétude pour eux. Allah Est Omniaudient,  Omniscient. N’ont- ils pas su qu’Allah : c’est Lui qui Accepte le repentir de Ses dévoués, qui Agrée les aumônes, et qu’Allah Est, Lui, le Rémissif[1], le Miséricordieux ? Dis : « Agissez, Allah Verra sûrement votre œuvre, ainsi que Son Messager et les croyants. Vous serez ramenés vers le Très-Scient du Ghayb* et de la Shahada**, alors Il vous Informera de ce que vous faisiez ». Et d’autres, ils sont en sursis à la Volonté d’Allah : ou bien Il les Châtie ou bien Il leur Fait Rémission. Allah Est Omniscient, Sage. Et ceux qui établirent une Mosquée pour la nuisance, et la mécréance, et la division entre les croyants, et comme base pour quiconque a combattu Allah et Son Messager, auparavant, et qui prêtent fermement serment : « Nous ne voulions que le   bien », Allah Est Témoin qu’ils sont sûrement menteurs. Ne t’y tiens donc jamais : Une Mosquée édifiée sur la piété dès le premier jour est, certes, plus en droit que tu t’y tiennes. Il s’y trouve des Hommes qui aiment se purifier et Allah Aime ceux qui se purifient. Celui qui a institué son édifice sur la piété envers Allah et Son agrément est-il  meilleur, ou celui qui a établi son bâtiment au bord d’une falaise abattue, qui s’écroula avec dans le Feu de la Géhenne ? Allah ne Guide point les gens injustes. Le bâtiment qu’ils ont construit ne cesse d’être un doute dans leurs cœurs,  à moins que leurs cœurs ne soient fendus !   Allah Est Omniscient, Sage.} At Tawbah 103

Par delà le bien et le mal, le Halal et le Haram, se pose la question de la dignité humaine c’est à dire de l’amour et du respect pour sa propre humanité. L’Islamité vient donner une couche d’empathie supplémentaire à cette humanité qui nous habite. Comment sauvegarder et cultiver l’humanité et l’islamité si notre efficacité sociale est médiocre?  Comment distinguer le bien et le mal, le Halal du Haram si l’amour mondain, la quête de l’argent et le prestige social et la crainte du risque qui fabriquent  le Wahn dont nous a avertis le Prophète (saws) sont présents dans nos intentions, dans nos pensées et notre agir improvisé comme une fuite et non comme une lutte planifiée pour exister avec détermination,  prospérité faisant « crever de rage » les ennemis de l’Islam.


[1] Allah est le Seul qui a pouvoir et autorité à accorder rémission : pardon des péchés, soulagement des peines

*L’univers  (réalité) occulte,  non dévoilé, non manifesté, latent,  intangible, sublime,  subtile, suprasensible, passé, présent ou à venir …

**L’univers  (réalité actuelle) perceptible, dévoilé, manifesté, patent,  tangible, sensible, intelligible, exprimable, évident…

Omar Mazri

Catégorie :: A la UneLe Halâl et le marché

Tags : : , , ,

Donnez votre avis




If you want a picture to show with your comment, go get a Gravatar.