Mosquée de Marseille : Des loups (Ghoul) dans la bergerie

Communiqué de presse de l’association Présence citoyenne :

Le même GHOUL est un drôle de cumulard : ancien Président puis depuis 2008, vice-président coopté du CRCM, Imam de la mosquée de la rue de l’Académie, aumônier à l’hôpital nord, secrétaire général de l’association de la mosquée jusqu’au 26 juin, vice-président de la fédération des musulmans du sud, organisateur de pèlerinages à La Mecque, prêcheur-conseiller conjugal le matin sur Radio Gazelle, il vient de s’accaparer de la mosquée en devenant  calife à la place du calife.Il cultive les ambigüités et n’hésite pas à se servir de ses fonctions religieuses (donc en notre nom) pour prendre partie pour le soldat israélien Shalit mais sans avoir un mot pour le jeune palestinien Salah Hoummouri.

Respect au Président CHEIKH

22h20, ce samedi 26 juin 2010, la nouvelle tombe comme un couperet au sein de la communauté musulmane, monsieur Nourredine CHEIKH vient d’être évincé de son poste de président de l’association “La Grande Mosquée de Marseille” au bénéfice de Monsieur  ABDERRAHMANE GHOUL MOULAY, soutenu par la nouvelle Conseillère Régionale ORSATELLI et l’ensemble du CRCM.

Débutée à 14h à l’école de la 2ème chance (13015), l’Assemblée Générale Extraordinaire connaitra une fin cinglante à 22h30 comme quoi il n’y a pas que les tennismen Américain John ISNER et  Français Nicolas MAHUT qui battent des records.

Le nouveau Conseil d’Administration, qui accorde d’ailleurs une large place aux Marocains, dénote le caractère prémédité et tribaliste de ce coups de force.

Quand l’élue ORSATELLI dénonçait “l’hégémonie algérienne” dans la presse, elle organisait une diversion dans le but de réduire 5 ans d’efforts et de consensus à néant afin de transformer l’association en caisse de résonance aux revendications marocaines (joies au palais royal !).

Les explications pour décrire un tel coup de force, qui vient de réduire en cendre tout espoir de faire émerger ce lieu de culte décent et symbolique, se trouvent dans les connivences et les conspirations qui ont été fomentée pour l’éviction de monsieur CHEIKH.

Autrement comment expliquer que le rapport moral présenté par le Président Cheikh n’ait pas été contesté et que le rapport d’activités et le rapport financier aient été votés à l’unanimité ?

En premier lieu, le limogeage de cet homme très respecté au sein de la communauté musulmane est le fruit d’une action combinée entre des politiques, des pseudos-religieux et un officier de police.

La chute de monsieur CHEIKH trouve son explication, en partie, dans la campagne menée par un officier de police qui a fait la promotion de monsieur GHOUL et de madame ORSATELLI, avec excès et zèle, auprès des membres du tissu associatif musulman de Marseille.

Il s’est personnellement impliqué, alors qu’il était en exercice, pour faire battre monsieur CHEIKH qu’il désignait comme un auxiliaire téléguidé des services consulaires algériens.

Non seulement, il a utilisé de son influence et de son pouvoir pour faire battre monsieur CHEIKH mais il a surtout engagé, par cette action de déstabilisation, la responsabilité de son institution qui devra s’expliquer sur les agissements d’un officier de police qui s’est transformé non plus en serviteur de l’Etat mais en serviteur attitré de madame ORSATELLI et du CRCM.

Le Ministère de l’Intérieur ne pourra que constater les ravages causées par les comportements « barbouziens » d’un homme qui a agit de son propre grès et sans l’aval de sa hiérarchie.

En second lieu, toute la médiatisation d’une fantasmagorique hégémonie algérienne au sein de l’association, et dont le Maroc aurait-été l’une des victimes, orchestrée  par madame ORSATELLI a précipité la chute de monsieur CHEIKH sur fond de lutte pour le contrôle du CFCM en juin 2011.

Alors que l’Algérie s’est toujours interdit de s’immiscer  dans les affaires internes de cette association, voilà que les pseudo-victimes marocaines multiplient leurs partisans au sein du nouveau Conseil d’Administration.

L’adage “faites ce que je dis, pas ce que je fais !” trouve de sa splendeur avec la Conseillère Régionale ORSATELLI qui a privilégiée ses propres intérêts plutôt que l’intérêt général des musulmans dont d’ailleurs elle ne peut plus prétendre à aucune appartenance comme le montrent ses déclarations dans l’Express.

Nous demandons, et le ferons officiellement dans les prochains jours, aux services consulaires algériens et des pays musulmans donateurs de se désengager d’un projet qui ne respecte plus le consensus qui prédominait sous l’ère CHEIKH et dont les nouveaux membres affichent une farouche volonté d’en découdre avec la communauté algérienne de la région.

En troisième lieu, les ambitions démesurées de monsieur GHOUL qui, soutenu par le CRCM – dont il assure la vice-présidence – plaide depuis des mois pour le limogeage de monsieur CHEIKH et pour un véritable contrôle de la Grande Mosquée de Marseille par le CRCM.

Le même GHOUL est un drôle de cumulard : ancien Président puis depuis 2008, vice-président coopté du CRCM, Imam de la mosquée de la rue de l’Académie, aumônier à l’hôpital nord, secrétaire général de l’association de la mosquée jusqu’au 26 juin, vice-président de la fédération des musulmans du sud, organisateur de pèlerinages à La Mecque, prêcheur-conseiller conjugal le matin sur Radio Gazelle, il vient de s’accaparer de la mosquée en devenant  calife à la place du calife.

Il cultive les ambigüités et n’hésite pas à se servir de ses fonctions religieuses (donc en notre nom) pour prendre partie pour le soldat israélien Shalit mais sans avoir un mot pour le jeune palestinien Salah Hoummouri.

Tout comme il a répété avoir reçu un don de 3 000 € du consistoire israélite qu’on n’a jamais vu.

Il est surtout  étrange de remarquer qu’aucune raison objective (à part le manque de démocratie au sein de l’association  « , cette démocratie » si pratiquée par le même GHOUL dans les diverses structures où il sévit) n’a été soulevée pour soutenir ce limogeage et tout le monde le reconnaît et s’accorde pour dire que le président et son équipe n’ont pas démérité et ont maintenu haut la dignité de l’association en s’abstenant de toute polémique.

Comment peut-on donner la gestion d’un tel projet à un homme dont la mosquée –  150 m2 –  fait l’objet d’un arrêté de fermeture pour non respect des règles d’hygiènes et de sécurité ?

Comment cet administrateur, qui a falsifié plusieurs documents officiels pour la préparation de ce coup d’état, peut-il se présenter comme un homme de vertu et de bonne moralité ?

Secrétaire Général de l’association depuis plusieurs années, souvent absent, il n’a jamais été capable de structurer le projet, il n’a jamais organisé d’AG ou de CA et n’est pas capable, administrativement et intellectuellement, de produire une réflexion intelligente sur les conséquences de son sabordage de la Grande Mosquée de Marseille.

Il ne fait que payer aujourd’hui sa cooptation comme vice-président  du CRCM et  son droit d’entrée en les faisant entrer en force au CA de la mosquée de Marseille y compris ceux qui ne sont pas marseillais.

Le Président du CFCM, Mohamed MOUSSAOUI s’est discrédité par son absence hier et a fourni une procuration pour  être candidat au conseil d’administration de la mosquée. Dieu merci, il n’a pas été élu alors qu’il avait  refusé, à de multiples reprises, de répondre favorablement à la demande de Monsieur CHEIKH de lui remettre une simple lettre de soutien officielle du CFCM pour le dossier du Projet marseillais.

En quatrième lieu, le CRCM, ce cadavre islamique moribond qui est actuellement en redressement judiciaire, se présente en inquisiteur contre l’Algérie qui ne respecterait pas les règles démocratiques dans ce projet.

GHOUL, pour parvenir à la présidence du CRCM en 2005 avait fait liste commune avec la FFAIACA et M. ABDELOIHABI (comorien) s’est retrouvé secrétaire général du CRCM. .Nous observons que depuis l’élection du CRCM en 2008 ou la même alliance a été reconduite , aucun membre et encore un vice-président d’origine sénégalaise, comorienne ou d’Afrique Noire ne siège dans cette instance et qu’elle ne renferme que des responsables marocains incompétents, belliqueux, hégémoniques et intolérants qui ont coopté Mme ORSATELLI et M.GHOUL qui a lamentablement trahi la FFAIACA en retirant la liste commune. On attend toujours le bilan et l’assemblée générale de ce CRCM….

La trop grande proximité entre messieurs MENNUCCI, VAUZELLE et le consulat marocain démontre une véritable coordination dans le « lynchage » de l’ancien président.

« Aujourd’hui, elle réclame plus de démocratie dans l’association » (Fatima ORSATELLI – La Provence du 25 juin 2010).

Nous pouvons constater que la nouvelle démocratie fonctionne bien puisque Monsieur GHOUL, unilatéralement et sans en informer les membres du Bureau, organisait ce dimanche 27 juin une conférence de presse dans les locaux du CRCM à Marseille.

Alors que l’Association de la Grande Mosquée a un siège social et une adresse officielle, voilà que le bilan de l’AG et ses explications sont fournies à la presse dans les locaux du CRCM par le seul GHOUL.

Monsieur GHOUL, dans son attitude très démocratique, rappelle aux marseillais et aux musulmans les véritables motivations du CRCM, stopper l’actuel projet, recomposer le Bureau et le CA à l’identique du CRCM et mettre main basse sur l’argent des pays donateurs dont l’Algérie, ce pays tant décrié par les imposteurs.

En cinquième lieu, le soutien inconditionnel et public de monsieur VAUZELLE qui, en sous-main, a facilité cette action de déstabilisation en s’associant au CRCM et en étant solidaire de l’action menée par la Conseillère Régionale ORSATELLI et le pilotage en arrière plan du vice-président MENNUCCI.

Monsieur VAUZELLE qui est tant redevable aux associations marocaines d’ARLES et au CRCM dont il ne cesse de faire l’éloge permanente jusqu’à les imposer comme ses invités privilégiés dans le diner de la communauté arabe de PACA. D’ailleurs, l’an dernier il a reçu une lettre ouverte de dénonciation de son communautarisme institutionnalisé.

Alors que les religieux n’avaient pas leurs places dans ce diner, monsieur VAUZELLE les a présenté comme ses interlocuteurs au sein de la communauté maghrébine et leur a donné la parole devant un parterre de convives médusés de voir le président du CRCM prendre la parole en leur nom, eux des non religieux.

Adepte d’une hypocrisie républicaine, lui le chantre de la fausse Laïcité, monsieur VAUZELLE soutient une opération d’entrisme du politique dans le religieux alors même qu’il avait déclaré lors de sa campagne électorale, “Je suis fier de gérer la 1ère région musulmane de France” en réponse aux doléances du CRCM pour obtenir des postes « musulmans » sur ses listes.

Tirant les ficelles en coulisse, rien de glorieux pour un homme qui gère notre région et nous rappelle que la laïcité sauce VAUZELLE, c’est du Ketchup au gout de l’Harissa.

« Apôtre » de l’Union de la Méditerranée, par sa complicité, il vient de faire exploser en plein vol l’un des plus beaux symboles de cette union peut-être pour que son projet de Centre Culturel de la Méditerranée, soutenu par MENNUCCI, ORSATELLI et le CRCM, ne trouve pas de rival.

Enfin, pièce centrale de ce mélodrame madame ORSATELLI, elle qui a lâchement fuit le combat contre le FN à Orange a réussit à trouver beaucoup de ressources et de courages contre un vieux monsieur de 72 ans au lieu de consacrer son énergie à la lutte contre l’extrême droite qui a toujours combattue ce projet. Madame ORSATELLI est devenu l’allié objectif de cette même extrême droite.

Trésorière-adjointe, de l’association, elle ne s’est jamais impliquée pour l’obtention de dons de la part des pays donateurs, elle a même volontairement empêché le Maroc de donner un euro et à l’écouter parler, elle ferait bien de revoir sa “francité” de façade dont on sait tous qu’elle ne repose que sur ses ambitions politiques, serait-elle la victime expiatoire des péchés algériens ? Ou celle de la misogynie des nouveaux  responsables de la mosquée dont les 8 autres femmes  de l’ancien CA – dont  le nombre a diminué – sans que Mme ORSATELLI bouge le petit doigt.

Elle, l’héroïne d’une trahison sans nom contre l’Islam, les musulmans et la France républicaine, ne devrait pas se réjouir de cette victoire car les vrais combats sont devant elle.

Dans les 48h, nous allons réunir les associations algériennes, franco-algériennes et musulmanes de Marseille et de la région pour élaborer une stratégie de boycott de cette mosquée et surtout dire à ces personnes que leur victoire aura des gouts de victoire à la Pyrrhus, une victoire avec un coût dévastateur pour le vainqueur.

Nos pensées vont vers monsieur Nourredine CHEIKH pour qui nous avons beaucoup de peine et pour qui nous manifestons toute notre amitié.

Comment, après plusieurs années d’un dur labeur, des personnes sans principes et immorales, ont-elles pu s’en prendre à celui qui avait réussi à faire taire les divergences, à s’allier le soutien de toutes les institutions locales et internationales, à obtenir le permis de construire et à faire de ce projet  une réalité, dans les faits, à la suite de la pose de la première pierre en mai dernier.

Loin des intrigues conspiratrices et des complots sournois, cet homme d’une grande probité, contrairement à ses détracteurs, avait pu établir une véritable relation avec ses interlocuteurs institutionnels et les pays donateurs.

Ce président déchu symbolisait l’équité entre tous les acteurs et les courants de la religion musulmane y compris en direction des marocains qui avaient été traités de façon équitable et respectueuse.

Que pourrait-on retenir de cette affaire ? Que le chien enragé est bien noyé et que la question de la présence des élus dans les instances religieuses a été complètement  aggravée.

Le remède voté est pire que le mal : aujourd’hui un seul élu au CA. Depuis le 26, tous les administrateurs pourront se faire élire dans n’importe quelle instance politique.

Bientôt un conseil municipal ethnico-religieux pour mieux le politiser. Plus étonnant, ces soi-disant démocrates ont bloqué l’accès au CA de tout autre élu musulman quelle que soit sa compétence, son apport ou son bord politique.

L’acceptation par la partie marocaine de l’amendement abrogeant la possibilité à des élus de siéger dans des instances religieuses aurait facilité la cohésion et maintenu le dialogue entre tous les membres de l’association.

De la lutte contre l’entrisme politique, nous sommes passés du « tout ou rien », ne laissant qu’une très petite place au consensus et à la sérénité dans les débats.

Nous rappelons que l’Association Présence Citoyenne tout comme la Fondation Musulmane ERRAHMANYA ne siègent pas dans cette instance ou seraient affiliés à un quelconque groupe issu de cette institution.

Nous sommes républicains contrairement à monsieur VAUZELLE, M. MENUCCI et madame ORSATELLI qui voient dans cette victoire la fin d’un Islam autonome, dépolitisé et respectant le cadre laïc et républicain de ce pays.

Lorsque Madame ORSATELLI se définit comme « non pratiquante » dans le journal La Provence et l’Express, nous savons aujourd’hui qu’un musulman digne de ce nom n’aurait jamais déclenché des hostilités contre un honorable musulman et aurait privilégié la tradition musulmane de la choura (concertation) plutôt que les bassesses et le mépris.

« La réalité est celle du constat que le président actuel n’a pas les capacités pour mener le projet à bien ». (Fatima ORSATELLI – blog)

  • Une cérémonie de remise de clefs, tractations avec l’Algérie pour une donation de 200.000 euros, une cérémonie de remise de permis de construire, récupération d’un montant de 60.000 euros de la communauté comorienne de Marseille, rencontres fructueuses avec le corps diplomatique, des promesses de dons sérieuses et sur le point d’être honorées, une cérémonie de pose de la 1ère pierre, des pays donateurs prêts à s’investir à l’instar du Sénégal qui vient de s’engager pour un don de 50.000 euros, des élus locaux unanimes pour saluer le réalisme de ce projet de GAUDIN à GUERINI en passant par le Préfet de Région, des recours gagnés sur le terrain judiciaire, un bail emphytéotique négocié avec la Mairie de Marseille, une ouverture d’esprit et de tolérance de l’ancienne équipe dirigeante, une répartition équitable des postes pour les communautés musulmanes non-arabes, un refus du clientélisme et de la manipulation politique…Aurait-elle fait mieux que « l’incapable président actuel » ?  On en doute !

Les hostilités viennent de débuter pour le plus grand malheur de la communauté musulmane de Marseille et nous appelons tous les élus politiques de confession musulmane à intégrer l’association de la Grande Mosquée de Marseille puisque la laïcité n’y a pas droit de cité.

Nous remercions Madame Samia GHALI et Monsieur Mourad GOUAL pour leur soutien inconditionnel aux valeurs républicaines et à l’expression de leurs solidarités avec monsieur CHEIKH.

C’est un  jour funeste et bien triste pour les musulmans. La communauté musulmane de Marseille est en deuil…

Association Présence Citoyenne

Catégorie :: A la UneInformations & Décryptage

Tags : : , , ,

Commentaires (4)

Trackback URL | Commentaires Flux RSS

  1. Green dit :

    Dommage que l’article soit gaché par une note de subjectivité nationaliste.

    Enfin bref …

  2. CFCM TV dit :

    Salam ‘alaykoum,

    Je suis d’accord chère soeur. Cet article ne reflète pas forcément nos aspirations et nos conceptions. Il est publié car au delà de certaines maladresses (même graves), certaines informations sont très importantes pour bien comprendre que les responsables de l’islam de France ou du clergé de France sont en vérité des politiques voire des politicards.

    Ramadhâne Saïd

  3. Edmondantesz dit :

    Pour avoir eu affaire à M. Ghoul à titre privé sur Marseille je ne peux que confirmer le caractère opportuniste et cumulard de ce personnage.

    Vous pourriez rajouter que son épouse a ouvert une boutique sur la rue de l’Académie et se sert amplement de la « renommée » de son mari, mêlant spiritualité et commerce…

    Comme le commentaire précédent la seule chose que je ne cautionne pas dans votre article est – bien qu’étant moi-même d’origine Algérienne – la soit-disant opposition entre les « marocains » et le reste.

    Nous sommes tous des musulmans marseillais. Peu importe nos origines, toutes les bonnes volontés sont à rechercher.

    Nous n’avons qu’à déplorer le manque de financements locaux issus de musulmans ayant plus ou moins réussi (il y en a à Marseille) qui pousse constamment à faire appel à des financements étatiques étrangers qui ne viennent pas forcément avec les plus honorables intentions.

    Si j’ai le temps j’adhérerai à cette association et irai voter. Je pousse tous les lecteurs qui se sentent concernés à en faire de même.

    Nous ne pouvons pas constamment donner l’image que nous ne nous entendons pas et que nous ne savons pas prendre des décisions démocratiquement. Cela fait le jeu d’opportunistes comme M. Ghoul.

    Restons unis.

    A bonne entendeur

  4. MICHE dit :

    Puis-je savoir les origines (date et lieu de naissance ) du nouveau Président du Culte Musulman Régional de Marseille, s’il vous plait.
    MERCI

Donnez votre avis




If you want a picture to show with your comment, go get a Gravatar.