Fouad Alaoui ne démissionne pas du CFCM, il le quitte juste temporairement

Voilà quelques jours, nous publions un texte où nous annoncions la démission de Fouad Alaoui du CFCM. Le texte n’était pas anonyme, mais signé. Nous nous exprimions en tant que président de la Fédération de la Grande Mosquée de Paris – Grand Est. Il est, comme il a toujours été, important pour nous d’assumer clairement nos prises de position. Nos positions, justement, sont connues de tous pour une raison évidente : quand on décide de porter des valeurs et de défendre des idées, il faut savoir les assumer. Même, et peut-être surtout, lorsqu’il y a un avis de tempête, comme c’est le cas aujourd’hui au CFCM.

Fouad Alaoui a démissionné, c’est ce que nous écrivions donc dans un précédent texte. Vieux routard, nous avons passé l’âge des canulars. Honnête homme, nous ne goûtons guère les rumeurs. Si nous avons affirmé et écrit publiquement que Fouad Aloui a démissionné, c’est précisément qu’il a démissionné. Nous l’avons écrit, nous l’écrivons et nous l’écrirons. Mais voilà, cette démission n’était pas au programme. Elle n’était pas prévue. Or au CFCM, on ne fait pas ce qui n’est pas prévu. On marche au pas et on applique (sic) l’injonction coranique « Nous avons entendu et nous avons obéi. » Qui déroge à cette règle est rapidement rappelé à l’ordre. A l’instar de Fouad Alaoui qui a dû manger son chapeau et démentir sa démission.

Imaginez donc si une pointure comme notre frère Fouad Alaoui avait eu pour une fois le courage d’aller jusqu’au bout de sa démarche. Imaginez que cette énième tentative de démission du CFCM, structure indigène, ultra-fragilisée, ait été effective ? Le CFCM bat de l’aile, peine et suffoque. Et ce n’est certainement pas l’acquisition récente d’un nouveau siège social loué par la mairie de Paris et situé au 16e arrondissement de la capitale (oui, c’est loin de Barbès, je sais) qui devrait changer les choses. Ce conseil est détesté par la majorité silencieuse des musulmans de France, qu’on a complètement ignorée et  à qui on a imposé cette structure sensée les représenter ! Les  responsables du CFCM, eux-mêmes, ne croient absolument pas en cette structure politico-religieuse. Ils ne font que jouer sur un terrain qui ne profite guère à la communauté musulmane, mais plutôt aux seuls notables du culte musulman qu’ils sont. Mais voyez-vous il ne faut pas que cela se sache. Il faut continuer à intoxiquer les musulmans. Pour cela, on utilise les moyens de communication à disposition et les seconds couteaux pour endormir la communauté musulmane. On utilise par exemple le site Internet Saphirnews.com.

Saphirnews, c’est officiellement un site généraliste d’actualités. Officieusement, Saphirnews est depuis des années l’officine, entre autre, du CFCM à qui il sert la soupe et de qui il tire sa propre soupe. Qui sait lit entre les lignes s’en rend compte immédiatement. C’est insidieux, mais établi. Il suffit de parcourir les articles publiés à la gloire du CFCM et l’entrain avec lequel le site publie les communiqués de cette instance pour finir de s’en convaincre. Il ne faut donc pas s’étonner que, suite au texte que j’ai écrit sur la démission de Fouad Alaoui, Saphirnews ait joué au porte-flingue. Se gardant bien de signer l’article en question, le ou les auteurs n’ont pas hésité à me traiter de menteur, ajoutant à la calomnie toute une argumentation fallacieuse sur les causes de son « retrait ». Evidemment, pour donner du poids à cette position, Saphirnews cite Mohamed Moussaoui, président du CFCM, qui renchérit en parlant lui aussi de rumeur. Mais cette tentative de diversion ne change rien à la réalité.

Les élections internes de l’UOIF sont proches. Fouad Alaoui, vice-président de l’UOIF et membre de l’exécutif du CFCM, a comme à son habitude voulu faire un coup de communication. En laissant croire qu’il va démissionner durablement du CFCM, Fouad Alaoui envoie un message fort aux militants de base de l’UOIF. Il leur dit qu’il est comme eux, qu’il déteste le CFCM et qu’il ne croit pas et n’a jamais cru à cette instance. Il fallait faire croire à ces militants que son souhait est de quitter le CFCM, mais, et c’est là où la manoeuvre prend tout son sens, on l’en empêcherait. Car il s’agissait bien d’une démission pour Fouad Alaoui, mais elle aurait dû dans un premier temps être officialisée, puis quelques jours après annulée. Telle était la stratégie, avortée, du vice-président de l’UOIF.

Car, encore une fois, oui, Fouad Alaoui a bien démissionné la semaine dernière. Le prétexte a été un accrochage avec un autre membre de l’exécutif du CFCM, Assani Fassassi. Fouad Alaoui a quitté le bureau en soulignant très clairement qu’il s’agissait d’une démission. L’information est confirmée par plusieurs membres du bureau du CFCM. Mieux, une lettre dont le contenu ne saurait être divulgué, a même été adressée à Mohamed Moussaoui, président du CFCM, pour lui expliquer la démission de Fouad Alaoui, qui aurait dû être rapidement rendue publique. Ce qui n’a pas été le cas : non seulement la démission n’a pas été reprise par les médias, qui ont choisi le silence, mais enocre Fouad Alaoui a précipité son volte-face, qui devait survenir bien plus tard. Comment expliquer cela ?

On peut penser, et on peut même affirmer, que des pressions ont été exercées sur lui. Il y a eu pression, comme il y en a toujours eu et qu’il continue d’y en avoir. Le calendrier ne permettait pas que de tels agissements puissent être toléré.s. Ce n’était pas le moins. Rien de plus normal donc que Fouad Alaoui soit rentré aussi rapidement dans le rang et qu’il ait, soit dit en passant, donné une fin de non-recevoir à tous les journalistes qui l’ont appelé après la publication de mon texte.

Pour finir, je voudrais m’adresser d’abord à Mohamed Moussaoui pour lui préciser qu’il n’est pas utile de perdre son temps à écrire des lettres enrobées de miel empoisonné à Dalil Boubakeur, recteur de la mosquée de Paris, pour vanter les « mérites » des deux fantassins, non élus, de la Fédération de la Mosquée de Paris qui siègent au CFCM, et surtout afin qu’il fasse pression sur moi pour me faire tair. Vous feriez mieux de retourner à votre ancienne fonction d’imam de la mosquée de Montpellier. Des gens de bien vous y attendent. Vous êtes parfait en tant qu’imam, nous en sommes persuadé, mais n’êtes pas fait pour la politique. Sauvez votre peau avant qu’il ne soit trop tard. Ensuite, j’aimerais dire à l’équipe de Saphirnews que je me souviens du temps des vrais médias engagés, de ceux qui, en parfaite harmonie avec leurs lecteurs, ne les trahissaient jamais et ne cédaient jamais à l’esprit courtisan qui transforme très rapidement un outil d’information et d’émancipation en un outil de propagande de telle ou telle structure. Je pense à vous et je prie pour que vous puissiez trouver un jour la liberté.

Kamel Chibout

Catégorie :: Informations & Décryptage

Tags : : , ,

Donnez votre avis




If you want a picture to show with your comment, go get a Gravatar.