Tags islamophobes: trois lycéens interpellés et mis en examen

A Barr (Alsace), un lieu de prière musulman avaient été pris pour cible, les auteurs inscrivant sur l’un des murs de la mosquée « Islam dehors ». Plusieurs particuliers ainsi que des maires avaient porté plainte pour dégradation de biens, de même que l’association contre le racisme SOS Racisme qui avait déposé une plainte « contre X ».

tags-racistes.jpgCOLMAR (AFP) — Trois lycéens, dont un mineur, ont été interpellés et mis en examen dans l’affaire des tags racistes apposés sur des bâtiments publics et privés de six communes d’Alsace, dont un lieu de culte musulman et une mairie, a-t-on appris mercredi de source judiciaire.

Les trois suspects, âgés de 17 à 18 ans, ont été interpellés mardi soir et mercredi matin par les gendarmes de la section de recherches (SR) de Strasbourg, a indiqué lors d’un point presse le procureur de la République de Colmar Pascal Schultz.

Lors de leur garde à vue, ils ont reconnu être à l’origine des tags, racistes pour la plupart, apposés dans les nuits du 23 au 24 mars puis du 14 au 15 avril dans six villages d’Alsace centrale (Barr, Uttenheim, Zellwiller, Stotzheim, Andlau et Valff), expliquant avoir agi sous l’empire de l’alcool.

Les enquêteurs ont pu remonter jusqu’aux trois suspects grâce notamment aux photos des inscriptions que l’un d’eux avait postées sur un site internet néonazi, a indiqué le magistrat.

Plusieurs « éléments matériels » accablants avaient ensuite été retrouvés lors de perquisitions menées à leurs domiciles, a-t-il ajouté, sans toutefois préciser la nature de ces « éléments ».

Domiciliés et scolarisés à Barr et dans sa région, inconnus des services de police, ils ont été déférés mercredi au Parquet de Colmar avant d’être mis en examen pour dégradations aggravées et provocation à la discrimination raciale.

Un placement sous contrôle judiciaire, assorti de diverses obligations (interdiction de se rencontrer, obligation de verser une caution afin de rembourser les victimes…), a également été requis.

« Leur idéologie n’est à mon sens que le fruit d’une bêtise profonde, d’un désoeuvrement certain et d’une inculture patente », notamment historique, « même si l’un d’entre eux », qui a vraisemblablement fait office de meneur, « a fait de cette pseudo-doctrine une religion », a indiqué M. Schultz, en soulignant encore l’absence de motivation politique réelle des suspects.

Le 15 avril, des bâtiments publics et privés des six communes bas-rhinoises, toutes situées dans un rayon de 20 km au sud d’Obernai, avaient été découvertes maculées de graffitis à caractère raciste et sataniste, de croix gammées ou celtique.

A Barr, un lieu de prière musulman avaient été pris pour cible, les auteurs inscrivant sur l’un des murs de la mosquée « Islam dehors ». Plusieurs particuliers ainsi que des maires avaient porté plainte pour dégradation de biens, de même que l’association contre le racisme SOS Racisme qui avait déposé une plainte « contre X ».

Catégorie :: Informations & Décryptage

Tags : : , , ,

Donnez votre avis




If you want a picture to show with your comment, go get a Gravatar.