Dalil Boubakeur propose un moratoire sur la loi de 1905

Article paru dans Le Monde du lundi 28 janvier 2008

Le président du Conseil du culte musulman, M. Boubakeur, propose un « moratoire » sur la loi de 1905

A l’issue d’une réunion de son conseil d’administration, dimanche 27 janvier, le Conseil français du culte musulman (CFCM) a fixé au 8 juin la date des prochaines élections destinées à renouveler les représentants régionaux et nationaux de l’islam de France.

Pour ce troisième processus électoral depuis 2003, date de la création des instances musulmanes représentatives sous l’impulsion du ministre de l’intérieur de l’époque, Nicolas Sarkozy, les diverses composantes du CFCM sont toujours aussi clivées selon les nationalités d’origine et les courants incarnés par leurs responsables.

Quatre candidats se sont mis sur les rangs pour assurer la présidence du CFCM. Les deux poids lourds et rivaux, Dalil Boubakeur, recteur de la Grande Mosquée de Paris, président du conseil depuis son origine, et Fouad Alaoui, vice-président de l’Union des organisations islamiques de France (UOIF) et du CFCM, seront en concurrence avec Haydar Demiryurek, secrétaire général du conseil, représentant d’une partie des Turcs de France, hypothétique candidat de compromis, et avec un représentant marocain, dont le nom n’est pas encore connu.

Paralysé par des querelles de personnes et une incapacité à parvenir à des décisions collégiales, le CFCM, cinq ans après sa création, présente un maigre bilan, si l’on excepte l’installation des aumôniers militaires et pénitentiaires. Annoncée en octobre, la Fondation des œuvres de l’islam, censée permettre le financement transparent des mosquées et présidée par M. Boubakeur, est au point mort.

Faute d’impulsion nationale, nombre de conseils régionaux du culte musulman (CRCM) peinent à mettre en œuvre une organisation de l’islam local efficace. Le CFCM n’a pas su non plus gagner son autonomie par rapport aux pouvoirs publics qui l’ont mis en place. Ces derniers, attachés à la pérennité d’une instance « représentative », demeurent actifs dans son fonctionnement.

« TROP FRILEUX »

Face à un tel bilan, les représentants du CFCM se disent convaincus de la « nécessité d’opérer une évolution notoire des structures du CFCM et des CRCM ». De manière inédite, les candidats se sont engagés à présenter un programme d’ici à quelques semaines. Ils pourraient profiter du climat provoqué par les propos récents du chef de l’Etat sur l’importance qu’il entend donner aux religions dans la société pour pousser leur avantage.

Interrogé par Le Monde, M. Boubakeur lance l’idée d’un « moratoire de dix ou vingt ans » sur la loi de 1905, qui interdit tout financement public des lieux de culte, afin d’opérer un « rattrapage » des besoins de l’islam. « Il faut donner un peu de respiration aux associations qui gèrent les lieux de culte », juge-t-il.

Convaincu que « c’est aux fidèles de financer les mosquées », M. Alaoui, de l’UOIF, s’engage, lui, « à faire fonctionner le CFCM pour qu’il sorte de sa léthargie ». « Le CFCM a été trop frileux sur les sujets de société alors même que la République est aujourd’hui moins frileuse envers les religions », constate-t-il.

Au final, le choix, éminemment politique, du « représentant des musulmans de France » pourrait pourtant se jouer, comme en 2003 et 2005, sur la personnalité des candidats. Sans illusion sur le processus électoral enclenché dimanche, certains responsables du CFCM assurent déjà qu’en cas de blocage sur la désignation du président, l’arbitrage se fera à l’Elysée.

Stéphanie Le Bars

Catégorie :: Informations & Décryptage

Tags : : , , , ,

Commentaires (3)

Trackback URL | Commentaires Flux RSS

  1. as salam ‘alaykoum
    [Que] la Paix et le Salut [soient] sur vous.

    Comme le dit si bien votre article, nous sommes :

    « Sans illusion sur le processus électoral enclenché dimanche, certains responsables du CFCM assurent déjà qu’en cas de blocage sur la désignation du président, l’arbitrage se fera à l’Elysée ».

    Ce sera donc le recteur de la mosquée de Paris qui règnera, en « digne » fils de si Hamza Boubakeur, sur les destinée du C.F.C.M. où sa faction est toujours largement minoritaire et son autorité de toujours de façade.

    Bien que peu proche de l’U.O.I.F., nous approuvons leur choix d’un auto-fiancemant des lieux de cultes. Les vrais croyants au Dieu Unique du Qour’an se doivent en effet de faire triompher la Parole de leur Seigneur en donnant le leur personne et de leurs biens.
    C’est à ce degré de foi que leur dons seront agréés par notre créateur.

    De plus, en finançant eux-mêmes leurs lieux de cultes, les croyants en la révélation du Prophète Mouhammad, respecteront, à la lettre, la stricte séparation existant (en théorie) entre l’Etat Français et les cultes.
    Ils donneront par la même le bon exemple par rapport aux autre gens du Livre qui nous « invitent » à financer, sans contrepartie, par nos impôts locaux et nationaux, l’entretient de 90% de leur patrimoine cultuel (construit avant 1905).
    C’est cette approche que nous développons dans notre blog http://chayr.blogspirit.com – chayR abou riyaD.

  2. sakri dit :

    Salam alikoum, bismi ALLAH rahmani rahim.
    Je suis d’coord sur le principe du disfonctionnement du CFCM, moi même membre du crcm, celui ci ne fontionne pas non plus car les élus ont oublié leur role et les problèmes d qui se posent aux musulmans leles que aid el adha , pelerinage viande hallal et…
    Je ne pense pas que FOuad ALLAOUI est l’homme de la situation ses positions contradictoires et ambigus le discréditent, LUOIF veut politiser l’ISLAMet cela pourrait avoir un effet devasrareur dans la communauté musulmanne .
    Quant aux financement des mosquées si sur le principe d’indépondance vis à vis des pouvoirs il préférable que les mosquées soient financées par les fidèles sur la réalité il en est autrement car les milliardaires musulmans ne sont pas en france c’est plutot des remistes a qui on demande de finacer la construction , l’entrettien et les Imams.
    L’UOIF est à l’aise puisqu’elle est financée par les pays du golf et est soutenu par la logistique des frères musulmans ce qui n’est pas le cas de touts les autres composante du cfcm; pour conclure sans la gmp pas des cfcm ; unissons nous et travaillons main dans la main sans politiser l’islam et nous ferons progresser l’islam en france . SALAM

  3. as salam ‘alayka ya Sakri,

    Je suis tout autant navré que toi des disfonctionnements, puisqu’il faut les appeler ainsi, du CFCM et du CRCM.

    Si ces organismes « ne fontionnent pas, parce que les élus ont oublié leur rôle et les problèmes qui se posent aux musulmans », c’est à toi cher frère de le leur rappeler de l’interieur, tout comme à moi de le faire de l’extérieur puisque que je n’ai pas vocation à être élu.

    Si tu « ne penses pas que Fouad ALLAOUI soit l’homme de la situation, n’hésite pas à le dire publiquement, de façon convenable, mais non moins déterminée. Il faut que cesse cette pratique de la langue de bois dans la communauté, qui se manifeste par la phrase classique : « il ne faut pas se critiquer entre frères ».
    On peut et on doit manier la critique constructive dans les limites de la bonne attitude : c’est à dire juger impartialement une situation ou un procédé, sans porter atteinte à l’honneur et à l’intégrité de celui ou ceux qui la soutiennent.

    Je vois que tu as une bonne connaissance des difficultés de financement des mosquées, mais si effectivement la majorité des pratiquants sont des RMistes, il faut élaborer des projets moins ambitieux que ceux de la « Grande Mosquée de Marseille ».
    Le Dieu qui nous observe, connait bien notre situation et acceptera volontiers tout effort proportionné à la fortune des communautés : louer un ancien magasin ou garage, n’a rien de deshonorant et petit à petit, la salle de prière peut devenir une belle petite mosquée.

    Quant à l’entretien des imams, il pourrait être résolu par un bénévolat défrayé. N’oublions pas que le critère n°1 pour choisir un imam est :
    – sa qualité de « craintif du Dieu »,
    – la seconde, par défaut, sa connaissance du qour’an,
    – la troisième par défaut des deux premières, son âge : le plus élevé de la communauté, dans la limite de la parfaite maitrise des ses moyens intellectuels, spirituels et physiques.

    Enfin, oublions les « riches », « financés par les pays du golf soutenus par la logistique des frères musulmans ».
    Si nous avons le Dieu de notre côté, par la stricte obéïssance à Sa Loi, il n’est à ne pas doûter que les Soumis (mouslim) seront vainqueur en France en ce qu’ils honoreront leur Seigneur comme Ce Dernier le leur à commandé.

    Salam, chayR abou riyaD.

Donnez votre avis




If you want a picture to show with your comment, go get a Gravatar.