Islamophobie : Les commerçants de confession musulmane ne sont pas les complices des délinquants

Vous trouverez ci-dessous un communiqué de presse diffusé par le Collectif Contre l'Islamophobie en France le 7 septembre 2007, suite à la publication par les Renseignements Généraux d'un rapport opérant un amalgame entre des délinquants de cité et d'honnêtes commerçants de confessions musulmanes.

Les commerçants de confession musulmane ne sont pas les complices des délinquants

Le journal ‘Le Monde’ en date du 06 septembre 2007 rend compte d’un rapport des Renseignement Généraux concernant le phénomène des bandes en France.

Après avoir averti sur le ‘danger d’une fusion de phénomènes a priori distinct de repli communautaire et d’activités délinquantes des bandes’ et du ‘travail de sape mené par certaines associations instituant la religion comme référent idéologique’ ; le texte dit en substance que les bandes qui sévissent en France se battent entre elles certes, mais, phénomène curieux, elles s’attaquent également aux commerçants de charcuterie entre autres pour les remplacer par des commerçants de produits halal. Tout cela sous l’œil bienveillant des religieux qui veulent miner les fondements de notre société.

Le CCIF condamne avec fermeté cette tentative de lier les agissements de délinquants à des commerçants qui n’ont pour seul tort que d’être des musulmans.

Ce n’est pas la première fois que les services de sécurité de notre pays s’aventurent dans ce genre de constat dont on ne saisit pas les réelles motivations. On se souvient des employés de l’aéroport de Roissy accusés d’être des terroristes en puissance. Mais il y a également ces témoignages de commerçants qui subissent des contrôles à répétition dans leur commerce avec des agents de sécurité qui s’infiltrent et fouillent dans leurs effets personnels.

Pourquoi une telle impunité dès lors qu’il s’agit de musulmans ? Pourquoi se permet-on de telles libertés vis-à-vis de cette frange de la population ? Parce-qu’ils sont vulnérables. Mais un Etat qui n’est pas capable de protéger ses citoyens quelqu’ils soient est de facto déficient quant à son rôle de garant du droit.

Le CCIF va demander une audience au ministère de l’intérieur pour lui faire part des plaintes qu’il a reçu des lecteurs du journal et de ses inquiétudes quant aux amalgames qui sont sans cesse véhiculés contre les citoyens de confession musulmane dans notre pays.

Le CCIF demande également aux journalistes de veiller à ne pas être les instruments d’individus ou de groupes malveillants, qui visent précisément à attiser les haines et les suspicions sur un groupe d’individus qui est constamment et injustement montré du doigt.

 

Catégorie :: Informations & Décryptage

Tags : :

Donnez votre avis




If you want a picture to show with your comment, go get a Gravatar.