Lycée AL Kindi – Décines (Rhône)

al-kindi.jpgKamel KABTANE et Azzedine GACI écrivent au Ministre de l’Education Nationale

Monsieur le Ministre,

Nous avons l’honneur de solliciter votre haute attention à propos de la création du lycée Al Kindy à Décines (Rhône).

Vos services ont été saisis d’un recours formé par l’association qui porte ce projet, et nous n’entendons en aucune manière interférer dans l’instruction de ce dossier.

Il est en revanche de notre devoir, en tant que représentants du culte musulman dans la région Rhône-Alpes, de vous alerter à propos de la grave dégradation survenue dans les relations que nous entretenons avec le rectorat, à propos de ce lycée. Si un signe positif n’est pas donné, il est à craindre que les conséquences dépassent largement la cause d’origine, et laissent des séquelles durables.

Au-delà des questions spécifiques du dossier, de quoi s’agit-il ?

Un groupe de citoyens de notre pays puise dans le cadre d’une loi centenaire pour mettre en œuvre l’une des plus fondamentales des libertés, celle de l’enseignement. Alors, si volontiers on dénonce ici, on doute ailleurs, de la capacité des musulmans à s’inscrire dans la République, ces personnes témoignent, par ce projet de leur volonté d’apporter leur contribution aux structures destinées à l’enseignement en France. La loi est le principe de leur action.

Face à cet engagement, à cette volonté de construire, c’est peu dire qu’ils n’ont guère reçu d’encouragements de la part du rectorat. A tort ou à raison, il est vite apparu que l’administration ne voulait pas de ce projet. L’association aurait volontiers pris en compte des conseils qui auraient pu lui être adressés. Elle n’ignore pas que tout projet est amendable. Or, la réalité s’agissant de la pratique de l’administration du rectorat a été celle d’une porte fermée, pour des motifs qui ont d’ailleurs varié au fil du temps.

Lorsque la semaine dernière nous nous sommes présentés en qualité de représentants du culte musulman dans la région, à la suite d’un rassemblement regroupant les familles intéressées, nous avons sollicité de Monsieur le recteur d’académie une audience afin de renouer le dialogue et de lever certaines incompréhensions, le recteur n’a pas souhaité nous rencontrer et nous a fait recevoir par ses collaborateurs, il nous a été indiqué que le recteur ne pouvait nous recevoir. Nous avons adressé un courrier le lendemain, pensant qu’il s’agissait d’un malentendu. La seule réponse est venue par la presse pour dire que nous ne serions pas reçus.

Vous comprendrez que nous ne pouvons laisser la situation en l’état. A partir de ce qui était le projet d’un groupe de personnes, se dégage une véritable crise de l’incompréhension entre la communauté musulmane les services du rectorat.

L’idée qui pénètre les consciences est qu’il y a une hostilité de principe de la part de l’administration à l’idée d’un lycée musulman. L’absence de dialogue et de discussion sincère ne fait qu’exacerber ce sentiment.

Artisans convaincus et inlassables du dialogue, nous avons l’honneur de solliciter une entrevue, qui serait le signe de la confiance, du respect, et de l’attitude bienveillante des pouvoirs publics à l’égard de ceux qui, quelle que soit leur religion, puisent dans la loi républicaine pour apporter leur pierre à l’édification d’une société où le dialogue et le respect seraient le maître mot.

Dans l’attente, et vous remerciant d’avance pour votre attention,

Nous vous prions de croire, Monsieur le Ministre, en l’expression de nos salutations respectueuses.

Kamel KABTANE, Recteur de la Mosquée de Lyon

Azzedine GACI, Président du CRCM Rhône Alpes

Catégorie :: Opinions

Donnez votre avis




If you want a picture to show with your comment, go get a Gravatar.