Mr. Boubakeur reveillez vous !

Mon message s’adresse directetement au conseil francais du culte musulman, et sa paralysie à l’égard des propos tenus par Robert Redeker, un pseudo philosophe en manque d’identité.

Oui monsieur Boubakeur, je m’adresse à vous, qu’attendez vous pour deposez une plainte pour racisme, provocation à la haine, à l’encontre de Redecker? les autorités politiques, judiciaires… et la société civile auraient elles réagi de la même maniere si on s’attaquait aux juifs? non, évidemment non, toucher à un cheveux d’un juif serait traité d’antisimitisme.

Votre inaction revient vraiment à confirmer ce que certains  pensent : l’islam est une sous religion, non égale ni au christianisme et encore au moins au judaisme.
M. Boubakeur, allez vous agir ou attendez vous qu’une association laique défende nos droits, tels des assistés? prenez vos responsabilités, je vous rappelle que vous êtes censés representer les musulmans de France.
Je vous conseille également si vous optez d’agir en justice, de contacter d’autres avocats, compétents cette fois ci, autrement dit qui arrivent déjà à deposer la requête sans vice de forme.

Firdaws 

Catégorie :: Opinions

Commentaires (14)

Trackback URL | Commentaires Flux RSS

  1. HENRARD Freddy dit :

    Arretez votre parano.
    Vivez au 21 ème siècle.
    Ayez une vision intelligente et objective de votre époque.
    Vous vous sentez persécutés du matin au soir.
    Il faut savoir balayer devant sa porte de temps à autre et avoir de l’humilité(pas seulement en parole)
    Bonne journée néammoins…

  2. Mohamed Pascal Hilout dit :

    Firdaws al-Jannah,

    Nous sommes en Europe, la critique de la Bible et des prophètes a mille fois été éditée et publiée. Lisez Freud, le juif et ce qu’il pense de Moïce, le fondateur du judaïsme.

    Quant à Jésus, vous savez bien que les cinéastes et les écrivains ne prennent pas de gants pour le vendre à toutes les sauces.

    En Europe, après des guerres et des luttes un principe fondamental a été établi :
    La dignité humaine est sacrée, pas les religion.
    En pays d’islam c’est le contraire. Voyez-vous la différence.

    Et comme Islam = Mahomet + Coran (I = M+ C) et que l’islam n’est qu’une religion parmi bien d’autres, elle n’est pas sacrée en Europe.

    M. Redecker a disserté du coran et de Mahomet, sinon il y a longtemps que le MRAP aurait déposé une plainte pour injure des musulmans.

    Voici un moyen simple pour que vous fassiez la différence entre musulmans et islam : l’islam ne mange pas de pain et ne va pas au marché. Les musulmans, comme vous et moi, nous mangeons, nous allons au marché et même au petit coin.

    Avec tous mes respects

  3. Albert dit :

    Comment parler de l’islam ?

    Les faits
    Plusieurs affaires présentées dans les médias comme relevant de la remise en cause du droit à la libre expression et concernant l’islam ont récemment relancé un débat déjà largement ouvert lors de la publication des fameuses « caricatures » de Mohammed.

    Parmi ces dernières affaires : les protestations contre le discours du pape à Ratisbonne, les menaces reçues par Robert Redeker, après la publication d’un texte virulent sur l’islam, l’annulation au Deutsche Oper de Berlin d’une représentation d’un opéra de Mozart dont la mise en scène aurait pu choquer, ou encore la suppression de festivités traditionnelles commémorant la reconquête chrétienne de la péninsule Ibérique dans deux villages espagnols.

    L’analyse
    Un texte comme celui qu’a publié Robert Redeker dans Le Figaro (19 septembre) n’aurait pas dépareillé dans la presse d’extrême droite, ou, à la rigueur, dans la presse satirique, où il aurait pu être pris pour un exercice de style parodique. Mais il a été publié dans un grand quotidien de la presse internationale, qui, nonobstant un positionnement politique marqué, est censé faire partie de la presse de référence. En d’autres termes, l’injure islamophobe a droit de cité dans la presse sérieuse et a le statut d’une « opinion » comme une autre. Ce n’est évidemment pas le cas de l’injure antisémite et, dans une moindre mesure, antichrétienne. Imagine-t-on une seconde Le Figaro publier une tribune stigmatisant on ne sait quel trait dont on trouverait la trace dans la Tora ou dans le Talmud et qui en tirerait des conclusions sur la nature (fourbe ? cruelle ? vénale ?) des juifs et du judaïsme ? Le responsable des pages « Débats » du Figaro laisserait-il passer un texte qui expliquerait sans rire que les chrétiens sont invités au cannibalisme généralisé par le rite de l’eucharistie ? C’est pourtant bien ce que dit Robert Redeker lorsqu’il mentionne le rite musulman de la lapidation de Satan à La Mecque qui « inscrit la violence comme un devoir sacré au cœur du croyant ». On se permet donc parfois avec l’islam ce qu’on ne se permettrait pas avec les autres religions. Par peur, par ignorance, par paresse, par racisme, peu importe. Le fait est là. Il faut en être conscient. Et les musulmans le sont. Les défenseurs du « monde libre » ont donc beau jeu de réclamer des musulmans l’acceptation d’un débat critique, raisonnable et apaisé, quand eux-mêmes s’avèrent incapables de distinguer l’injure et l’argumentation dans leur propre discours. Cette différence de traitement peut d’ailleurs s’exprimer à l’envers et devenir tout aussi catastrophique. Lorsque les responsables du Deutsche Oper décident d’annuler les représentations d’Idoménée, l’opéra de jeunesse de Mozart, parce qu’un détail de mise en scène – on y voit les têtes tranchées de plusieurs personnalités symbolisant des religions (Poséidon, Bouddha, Jésus et… Mohammed) – pourrait troubler les musulmans (lesquels ?), ils affirment par là-même leur acceptation de ce traitement différencié d’une population implicitement considérée comme incapable de prendre de la distance vis-à-vis d’une œuvre d’art. C’est aussi permettre à ceux qui, parmi les musulmans, visent à imposer un islam conservateur et borné, de s’affirmer publiquement comme les seuls véritables représentants de la communauté musulmane. La question n’est donc pas de savoir s’il convient de pratiquer l’autocensure ou la censure tout court vis-à-vis de l’islam. La liberté d’expression ne se négocie pas et aucune pensée, pratique ou religion ne peut prétendre échapper à cette règle, sauf à remettre en cause le principe même de la démocratie. Le problème est ailleurs : il s’agit de savoir si l’on est encore capable, d’un côté comme de l’autre, de distinguer le statut et la valeur des paroles et des gestes qui sont aujourd’hui posés autour de la religion, et particulièrement de l’islam. Les menaces de mort reçues par Robert Redeker pour défendre « l’islam insulté » relèvent ainsi du droit commun et ne sauraient être considérées comme une « réponse » à quoi que ce soit, quand bien même leurs auteurs (mais qui sont-ils ?) le penseraient. Inversement, le texte de Robert Redeker ne participe pas le moins du monde au débat démocratique, même s’il a été publié dans les pages « Débats » du Figaro. Accorder, ou non, le statut qui convient à la multitude de paroles et de gestes qui, mondialisation aidant, se répercutent sur toute la planète, c’est précisément le rôle de certaines institutions médiatrices, en l’occurrence religieuses et médiatiques. C’est parfois ce qu’elles font.

    Jérôme Anciberro Témoignage Chrétien

  4. Il me semble qu’il y a bien des amalgames et de la tricherie dans l’article de M. Anciberro qui ne veut pas qu’on pose les bonnes questions :

    Bien évidemment M. Redecker a usé d’un langage très cru qui nous déplait à nous musulmans.

    Mais dire que la critique de la Tora ou du Talmud aurait suscité des remous n’a pas de sens. Pourquoi ?

    Parce que cette critique a été faite et refaite par des philosophes et des penseurs juifs eux-mêmes, qui considèrent la Bible comme paroles humaines, inspirées peut-être par Dieu. De plus les juifs n’ont jamais eu l’obligation de convertir les tribus voisines.

    Autre raison plus fondamentale : cela n’a aucune espèce d’intérêt aujourd’hui, car ce qu’il faut vraiment critiquer ce sont les juifs orthodoxes qui annexent des terres en Palestine au quotidien, y bâtissent des colonies, ce sont des juifs archaïques qui voudraient qu’on réserve plus d’horaires de piscines pour les femmes, ce sont des juifs qui voudraient faire revenir des « réfugiés » juifs comme eux, mais nés ailleurs depuis la destruction du Temple par les Romains, mais ne veulent pas qu’on parle du retour des réfugiés palestiniens. Voilà la VRAIE critique qu’on peut et qu’on doit faire aux juifs d’aujourd’hui.

    Faire des analogies à la noix, M. Anciberro, ne sert qu’à nous détourner, nous musulmans de poser les vrais problèmes, tout en faisant semblant d’être bienveillant envers nous.

    Mais de quelle critique constructive avons-nous bien besoin, nous autres musulmans ?

    Il faut cesser de croire que nous sommes une communauté élue, (la meilleur nation donnée au monde : khayrou oummatin oukhrijat li n-nâs) ayant le privilège de la parole divine incritiquable et un prophète au-dessus de toute critique sérieuse. Il faut devenir humbles et descendre au même niveaux que nos autres concitoyens européens ! Un peu de modestie chers frères-et-sœurs musulmans, nous fera beaucoup de bien !

    Nous devons plutôt dire merci à M. Redecker qui prend le risque de la franchise (as-sidq) et nous dit ce que nous ne voulons pas nous avouer à nous-mêmes. Ce sont nos amis, des proches ou des médecins qui osent nous assèner quelques gifles pour nous sortir de notre coma quand ils constatent que notre activité cérébrale est au point mort.

    Mais beaucoup de musulmans préfèrent l’hypocrisie et la flatterie (al wifâq wal it-tifâq ‘alâ an-nifâq)

    الــوفــاق والإتــفــاق عــلــى الــنــفــاق

    Mais Dieu n’aime pas les hypocrites ! (Inna l-lâha ‘lâ houhibbou l-mounâfiqîn !)

    إن الــلــه لا يــحــب الــمــنــافــقــيــن

  5. macapuf dit :

    Je trouve absolument lamentable le fait que vous ne parliez pas du procès contre Charlie Hebdo. Qu’est-ce qui vous effraie ? Probablement le fait que les posts qui en seront conséquences n’iront pas tous dans votre sens, et que, du coup, vous apparaissiez comme ce que le CFCM semble démontrer : une défense aveugle d’intégristes (que vous n’êtes pas tous, c’est ça le pire !!!), et que pourtant vous suivez pour exister.
    Mieux vaut exister en démocrate (ce que vous êtes tous) qu’en ersatz d’intégristes.

    Un résistant contre toute forme d’intégrisme en colère. C’est peu dire.

  6. Lili Larbi dit :

    Cher Mr Boubakeur, je vis a l’etranger depuis maintenant plusieurs annees mais je suis regulierement ce qui se passe en France.

    En tant que musulmane j’ai trouve les caricatures degradantes et insultantes. Elles insitent a faire l’amalgame entre Islam et Terrorisme, ce qui est completement absurde. Je les trouve particulierement blessantes et offensantes, je ne comprends meme pas que rien n’ait ete deja pris comme mesure….

    Je me souviens d’un humouriste Francais, Dieudonne ayant fait des blagues douteuses ou non sur « l’axe Americano-sionniste » selon ses termes et je me souviens de la polemique que cela avait cree. Il avait eu des spectables annules et autres mesures…

    Alors je vous demande doit on respecter le judaisme et le christiannisme mais denigrer l’islam. Est ce que nous Musulmans devons subir une Guerre Mondiale pour qu’on nous reconnaisse le droit d’exister et le respect.

    Je trouve cela inadmissible d’avoir plusieurs poids plusieurs mesures pour les differentes communaute, musulams, juifs ou chretiens, toutes les religions, croyances et communautes doivent se respecter qui plus est dans un pays qui prone le respect des droits de l’homme .

    Merci

    Lili

  7. Karim dit :

    Je ne vois absolument pas le rapport entre ces critiques fondées de l’islam qui contient intrinsèquement une violence incroyable comme tous les autres textes des religions monothéistes et Dieudonné qui ne s’attaque pas au judaisme mais aux Juifs ! Ca me semble faire une sacrée différence. Qu’il les appelle « sionnistes » pour s’éviter des procès est compréhensible mais faut vraiment avoir de la ****** dans les yeux (et les oreilles) pour ne pas entendre son antisémitisme puant.
    et ne m’accusez pas de soutien à Israël. Je dénonce autant le terorsime de cet état que celui des islamistes terroristes du Hamas.

  8. ckcnet dit :

    Vous ne comprenez pas que les lois française n’interdisent pas même le blasphème ?
    Alors que le philosophe qui incrimine l’islam et son représentant religieux, est très loin de blasphémer.
    Au contraire l’islam a besoin d’intelligence pour être capable d’autocritique.
    Et la critique d’une religion ne critique pas le croyant ni aucun manque de respect envers la personne.
    Associer le racisme à la critique d’une religion est une faute de compréhension grammaticale.
    On insulte une personne, on n’insulte pas une idée, un concept, une idéologie on la critique, on la disqualifie, on la met en doute, on la dément.
    ckcnet.

  9. Baki dit :

    Ce n’est pas un problème de blasphème mais plutôt de limites à la « liberté d’expression », d’insultes, de stigmatisation et de désinformation ou de déformation.

    La loi française encadre la liberté d’expression qui utilisée à outrance, sans limite, et souvent avec ignorance du sujet traité, conduit inelucablement à des dérives condamnables que ce soit à l’endroit de l’islam ou des musulmans car les deux sont intimement liés.

    Insulter la république c’est aussi insulter les républicains tout comme insulter l’islam c’est insulter les musulmans.

    Oui il s’agit d’insultes et pas de critiques car la critique en tant que musulmans nous l’acceptons mais cette dernière ne doit pas se faire en toute ignorance, accompagnée de clichés et de préjugés amplement médiatisés depuis belle lurette ce qui donne un caractère falacieux de vérité absolue à ce qui est véhiculé par ces médias.

    Ne jouons pas à ce petit jeux de la réthorique.

    Le pseudo philosophe dont vous parlez en vérité n’en n’est pas un, c’est plutôt un pyromane en mal de reconnaissance s’adonnant à la stigmatisation et à l’amalgame, en cherchant à produire la honte d’être musulman au regard de l’Occident.

    Il parle sans connaissance du sujet traité, il n’abordait la question de l’islam que sous l’angle du droit absolu à la satire et à la moquerie, y compris aux relents racistes.

    Si les musulmans et d’autres se sont sentis offensés, c’est de par le caractère injuste des accusations qui stigmatisaient et opéraient un amalgame choquant, entre islamisme et islam et entre terrorisme et islam.

  10. ckcnet dit :

    L’amalgame choquant comme vous dites : il faudrait le démontrer …
    « l’islamisme » n’est pas sortie du chapeau du magicien, il tire son essence de l’islam.
    je dirai même l’inverse ; c’est l’islam originelle pure et dure. Les musulmans qui se déclarent 100% religieux font une lecture rigoriste du livre; ce sont des islamistes et certains d’entre eux s’adonnent au terrorisme, il n’y a pas d’amalgame tout est intimement lié. S’il vous faut une preuve : la justification des attentats kamikases par le chef du Conseil Européen de la Fatwa. Sheikh Yûsuf Al-Qaradâwî « le licite et l’illicite ».

  11. Baki dit :

    C’est celui qui accuse l’islam d’être intrinsèquement violent ou être une souche fertile au terrorisme qui doit en apporter les preuves et en faire la démonstration si toutefois ce dernier a d’une part les moyens intellectuels et d’autre part les connaissances suffisantes pour le faire.

    Dire que parce qu’il y a des kamikazes ou des ignorants extrêmistes, alors l’islam porte en lui la violence ne me satisfait pas d’un point de vue intellectuel : ça s’apparente plus à de l’analyse de comptoir qu’à du raisonnement scientifiquement pertinent.

    Quant à votre référence au livre de Qaradawi par rapport à une situation de GUERRE d’occupation, à des situations de SPOLIATION et de COLONIALISME éhonté de la part de l’Etat d’Israel, je ne vois pas en quoi celà serait une preuve de quoi que ce soit !

    Pourquoi ne parlez vous pas du terrorisme des puissants soit disant démocrates ?

    C’est pas parce que les USA de Bush ou d’autres puissances occidentales agissant au nom de la démocratie et qui ont dévasté, exterminé, violé, torturé, spolié, volé que je vais m’aventurer à dire que la Démocratie porte en elle les germes du terrorisme et de la désolation.

    A bon entendeur.

  12. ckcnet dit :

    -« les moyens intellectuels et d’autre part les connaissances suffisantes « .
    Quelle arrogance , quelle prétention, cela ne vous vient-il pas de la frustration d’un empire aujourd’hui en totale déliquescence ?
    Je vous citerai les explications de l’islamologue Abdelwahab Meddeb – » La violence est une réalité dans l’islam, les musulmans doivent admettre que c’est un fait, dans le texte comme dans l’histoire telle qu’ils la représentent eux-mêmes.
    Le coran est ambivalent. Il y a le verset 256 de la deuxième sourate qui dit «point de contrainte en religion». Mais aussi les versets 5 et surtout 29 de la sourate 9, «le verset de l’épée», où il est commandé de combattre tous ceux qui ne croient pas à «la religion vraie». L’impératif qâtilû, que l’on traduit par «combattez», utilise une forme verbale dont la racine qatala veut dire «tuer». Le verset 5 est explicitement contre les païens et les idolâtres, aménageant, en revanche, une reconnaissance aux scripturaires, aux gens de l’écriture. Le verset 29, lui, englobe dans ce combat les scripturaires désignant nommément les juifs et les chrétiens. C’est le verset fétiche de ceux qui ont établi la théorie de la guerre contre les judéo-croisés. L’islamisme est, certes, la maladie de l’islam, mais les germes sont dans le texte lui-même. »
    J’ai cité la déclaration du Sheikh Yûsuf Al-Qaradâwî pour prouver que c’est un religieux qui s’exprime.
    En soulignant par là que le religieux est invité à rester du domaine du privé et de l’intime en Occident.
    Que diriez-vous si comme en Arabie Saoudite nous interdisions : la pratique de l’islam, la construction de mosquée, l’édition, la vente et la détention du coran, l’interdiction de se rendre à Lourdes ou en Italie au palais du Pape ?
    Notre humanisme et notre sens de la dignité nous conduit à être trop tolérant avec les intolérants.

  13. Rategic dit :

    ckcnet au lieu de reprendre les écrits d’un autre que vous et que toute personne censée ne pourrait qualifier d’islamologue, pourquoi n’étudiez vous pas le sujet vous même afin de vous faire votre propre avis?
    Apprenez la langue arabe et lisez le Coran et vous verrez que Monsieur Meddeb raconte n’importe quoi.
    D’ailleurs le terme « chrétien » n’existe pas dans le Coran, contactez l’auteur de ce livre et demandez lui des références qui soient autres que celles de son imagination.
    Monsieur Al-Qaradâwî n’est absolument pas un « religieux » comme vous le prétendez car il n’existe pas de clergé dans l’Islam à moins que vous fassiez référence aux chiites qui sont très minoritaires.

  14. jeune musulmane dit :

    Moi , qui porte depuis toujours le rêve ou plutôt le projet de devenir journaliste , m’interroge sur le principe de liberté d’expression de la presse ; ou autrement dit peut-on tout dire au nom de la liberté expression? tout les propos se méritent ?
    Et bien, je pense qu’aujourd’hui dans nos sociétés nous devons comprendre que toutes les idées ne sont pas forcément bonnes , et c’est d’ailleurs pour cela par exemple que les propos négasionistes ou révisionnistes sont condamnés en Françe par la loi . Ce à quoi j’adhère entièrement mais alors pourquoi la justice française ne sanctionne pas les journaux qui publient des articles pourtant reconnus par tous comme profondements racistes et blessants pour les populations consernées ou pas ? pourquoi use-t-on de l’argument de la liberté d’expression dans certains cas pour défendre la presse et dans d’autre non ? Il serait logique lorsque l’on est tous d’accord pour juger un article raciste de sanctionner le journal à l’origine de cette publication ou au moins l’auteur !
    Aujourd’hui, en Françe, je pense SINCEREMENT que certaines minorités religieuses comme la minorité islamique (pourtant 2ème religion en france en terme de nombre) ne sont aussi estimer que d’autre. Et pourtant le message de l’Islam et sa pratique est tous sauf violent.

Donnez votre avis




If you want a picture to show with your comment, go get a Gravatar.