Le CFCM assigné par le REC

CFCM: audience le 3 octobre au TGI de Paris
Le tribunal de grande instance de Paris examinera le 3 octobre une assignation contre le Conseil français du culte musulman (CFCM) déposée par une partie des élus au conseil d’administration, a-t-on appris mardi auprès de ces derniers.

« Nous dénonçons le mépris des statuts du CFCM, notamment le remaniement du bureau exécutif qui a eu lieu le 9 janvier », a expliqué à l’AFP Abdellatif Lemsibak, membre du Rassemblement des élus du CFCM (REC).

« Pour nous, ce bureau est illégitime et toutes les décisions qu’il a prises sont nulles et non avenues », notamment la désignation d’aumôniers nationaux musulmans pour les armées, les hôpitaux et les prisons, a-t-il ajouté. Les plaignants sont cinq membres du REC, dont M. Lemsibak, conseillés par le département associations du cabinet Fidal.

« Nous attendons les termes de cette assignation et la communiquerons aux juristes que nous nommerons pour cette échéance », a simplement commenté le président du CFCM Dalil Boubakeur, recteur de la Mosquée de Paris (proche de l’Algérie).

Un conseil d’administration du CFCM est en principe fixé au 17 septembre après l’échec de plusieurs tentatives notamment une réunion le 9 juillet boycottée par le REC.

Le CFCM est paralysé depuis les élections qui l’ont renouvelé en juin 2005 par les dissensions au sein du vainqueur, la Fédération nationale des musulmans de France (FNMF, proche du Maroc).

Le 9 janvier, le président de la FNMF Mohamed Béchari, resté en marge des élections, avait évincé ses opposants élus au bureau du CFCM le 26 juin. Ces derniers, regroupés dans le REC, représentent environ un tiers du conseil d’administration du CFCM. Fin mars, ils avaient obtenu la nomination d’un administrateur judiciaire à la tête de la FNMF, annulée depuis par le TGI de Nanterre.

PARIS, 18 juil 2006 (AFP)

Catégorie :: Informations & Décryptage

Donnez votre avis




If you want a picture to show with your comment, go get a Gravatar.